Vidéo Covid-19 : "Il ne faut pas tomber dans la dramatisation", modère Alain Fischer à propos des variants sud-africain et brésilien en Moselle

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le ministre de la Santé doit se rendre vendredi en Moselle. Dans ce département, le nombre de personnes contaminées par les variants sud-africain et brésilien a fortement progressé ces derniers jours.

Le ministre de la Santé a déclaré, jeudi, que le département de la Moselle se trouvait dans une "situation inquiétante", notamment en raison de la présence des variants du coronavirus. Le nombre de personnes contaminées par les variants sud-africain et brésilien a fortement progressé ces derniers jours jusqu'à représenter entre 30 à 40% des cas de Covid-19. "Ce genre d'information doit être prise au sérieux et analyser. Il ne faut pas non plus tomber dans la dramatisation", a réagi vendredi 12 février sur franceinfo Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale.

>> Olivier Véran se rend en Moselle, département dans une "situation inquiétante" à cause des variants, suivez notre direct

"Il faut analyser ce qui se passe. À ma connaissance, pour l'instant cela ne s'accompagne pas d'une augmentation du nombre d'hospitalisations mais il faut suivre ce qu'il en sera parce que c'est le meilleur paramètre sur la maladie", indique Alain Fischer.

Concernant cette arrivée de variant en Moselle, il estime qu'il y a "deux possibilités. Soit c'est un rééquilibrage dans la compétition entre les virus et que le variant sud-africain gagne du terrain sans que cela ne change quoi que ce soit au développement de l'épidémie. Soit cela s'accompagne d'un excès de cas, ce qui n'est pas du tout la même chose. C'est ça qu'il faut analyser", explique Alain Fischer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.