Vidéo "Nous ne connaissons pas encore l'efficacité des vaccins sur ce variant [indien]", indique Olivier Véran

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a détaillé sur franceinfo vendredi les étapes pour tenter de tracer ces cas de variants indiens.

Après l'apparition de cas du variant indien du Covid-19 en France, le ministre de la Santé indique, vendredi 30 avril sur franceinfo, ne pas connaître encore "l'efficacité des vaccins sur ce variant". "Il y a encore des zones d'incertitude - comme pour les autres variants - les scientifiques travaillent pour savoir s'il est plus contagieux, indique Olivier Véran. Mais pour le moment, nous n'avons pas encore les réponses. Je ne néglige pas la dangeroristé potentielle de ce variant indien, c'est la raison pour laquelle nous le calfeutrons et le traquons."

"Nous ne savons pas encore l'efficacité des vaccins sur ce variant, c'est au niveau mondial que le choses se passent."

Olivier Véran

à franceinfo

Olivier Véran confirme trois cas de variants indiens en France [au moment où le ministre de la Santé s'exprimait] : "Une personne du Lot-et-Garonne et deux personnes des Bouches-du-Rhône. Ces trois premiers cas ne sont pas une surprise en soi."

Mais le ministre précise qu'une des personnes "ne savait pas qu'elle avait le variant indien, cette personne a été mise en quarantaine, mais elle n'avait pas les mesures de quarantaines renforcées." Le ministre de la Santé détaille alors les étapes pour tenter de tracer ces cas de variants indiens : "Avant même que le variant indien ne soit le variant indien, lorsque les personnes sont testées, nous faisons un séquençage, c'est-à-dire que nous prenons les tests positifs, nous regardons le génome, la carte génétique, explique le ministre de la Santé. Ça, ça prend quelques jours et ensuite on peut avoir la réponse un peu plus tard et ensuite faire du rétro tracing, c'est-à-dire qu'on va chercher toutes les personnes avec qui ils étaient en contact."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.