Vidéo Les annonces d’Élisabeth Borne sur la reprise de l’épidémie de Covid

Publié
Ce mardi 29 novembre, Élisabeth Borne, Première ministre, a tenu un discours à l’Assemblée nationale, en réaction à l’augmentation des cas de Covid-19. Port du masque, vaccination… Voici toutes ses recommandations.
Brut.
Article rédigé par
Ce mardi 29 novembre, Élisabeth Borne, Première ministre, a tenu un discours à l’Assemblée nationale, en réaction à l’augmentation des cas de Covid-19. Port du masque, vaccination… Voici toutes ses recommandations.

Cette nouvelle vague nous le rappelle: le virus n'a pas disparu, l'épidémie frappe encore, tue encore”, a déclaré Elisabeth Borne. Près de 40000 cas détectés par jour, plus de 10% d’hospitalisation sur une semaine, et 400 décès du Covid la semaine dernière. Voici le constat sur lequel se base la Première ministre dans son discours dans l'hémicycle de l’Assemblée nationale mardi 29 novembre. Face au regain de l’épidémie, elle appelle à plus de vigilance de la part des Français. “Respectons les gestes barrières, portons le masque dès que nous sommes avec des personnes fragiles ou dans des zones de promiscuité comme les transports en commun. Ce sont des petits gestes qui sauvent des vies.

“Aider nos soignants, c’est défendre la science”

Face à cette situation, je veux une nouvelle fois, rendre hommage au travail exceptionnel de nos soignants. Ils se battent pour les malades, ils se battent contre l’épidémie, leur engagement est exceptionnel. Alors notre devoir, c’est de les aider. Pas de prendre des mesures purement idéologiques, qui rendrait leur mission plus difficile encore. Aider nos soignants, c’est être vigilant ensemble”, a ajouté Élisabeth Borne. 

Enfin mesdames et messieurs les députés, aider nos soignants, c’est défendre la science, défendre notre système de santé, et ne pas prendre des décisions qui les mettraient en danger. Avec la majorité, j’assume de défendre notre système de soins. J’assume de refuser de faire passer les manœuvres politiques avant la science. J’assume de ne pas soutenir des mesures purement démagogiques, que l’écrasante majorité des soignants, nous demande de rejeter”, conclut la Première ministre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.