Vidéo Covid-19 : face à AstraZeneca, Clément Beaune ne veut pas d'une "Europe guimauve qui ne sait pas défendre ses intérêts"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

"Il faut de la réciprocité, on livre si on est livré", a affirmé le secrétaire d'État aux Affaires européennes, à propos des retards de livraisons de vaccins contre le Covid-19 par le laboratoire AstraZeneca.

La France n'a reçu "aucune dose" des usines qui produisent le vaccin contre le Covid-19 AstraZeneca au Royaume-Uni, a declaré Clément Beaune, secrétaire d'État aux Affaires européennes, mardi 23 mars sur franceinfo. "Nous, on veut être livrés", a-t-il affirmé, avant d'assurer que les Britanniques ne souffraient pas, "manifestement", des mêmes retards de livraison du laboratoire AstraZeneca. "On peut comprendre que vous ayez des problèmes de production, mais il n'y a pas de raisons que l'Europe soit une variable d'ajustement."  

>> Covid-19 : suivez l'évolution de la situation en direct

"On ne peut pas comprendre qu'un engagement soit respecté à l'égard du Royaume-Uni ou d'un autre pays et pas de l'Europe", a répété Clément Beaune, avant d'appeler l'Europe à plus de fermeté : "Je défends le cadre européen mordicus, mais pas une Europe guimauve qui ne sait pas défendre ses intérêts."

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a menacé samedi de bloquer les exportations du vaccin suédo-britannique AstraZeneca si l'Union européenne ne recevait pas d'abord les approvisionnements promis par le laboratoire. Clément Beaune "ne veut pas avoir un mécanisme où on interdit toute exportation, parce que nous avons aussi besoin d'importer. Si tout le monde fait ça, chacun se bloque et nous aurons des problèmes de vaccination. En revanche, il faut de la réciprocité. On livre si on est livré. Si on n'est pas livré par les autres, on ne va pas livrer les doses. C'est simple et c'est cela que l'on va discuter jeudi en sommet européen".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.