Covid-19 en Moselle : le maire de Thionville réclame la fermeture des établissements scolaires et dénonce "l'amateurisme" de la politique vaccinale

La Moselle fait face à une recrudescence des cas de contamination au Covid-19, notamment à cause des variants. Pierre Cuny, maire de Thionville, estime qu'il faut fermer les écoles, les collèges et les lycées.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une infirmière vaccinée contre le Covid-19, à l'hôpital de La Chesnay (Yvelines), le 7 février 2021. (ALAIN JOCARD / AFP)

Pierre Cuny, maire divers centre de Thionville, deuxième ville de Moselle, dénonce samedi 13 février sur franceinfo "l'amateurisme" de la politique vaccinale dans sa ville. Il réclame une fermeture anticipée des établissements scolaires ainsi que "le renforcement des vaccinations", alors que de nombreuses contaminations par les variants sud-africain et brésilien sont signalées dans le département.

>> Covid-19 : suivez notre direct

Samedi, le prefet de la Moselle, Laurent Touvet, a annoncé que les écoles restaient ouvertes et a écarté l'hypothèse d'un reconfinement local. Le maire de Thionville, Pierre Cuny, rapporte que jeudi, lors d'une réunion avec l'ensemble des élus, sous l'autorité du préfet, "la plupart d'entre nous avons évoqué voire demandé la fermeture avancée des écoles, collèges et lycées", et ce alors que les vacances scolaires en Moselle (zone B) commencent samedi 20 février. "Il nous semblait intéressant de fermer ces établissements au regard du nombre de classes qui ferment les unes après les autres. Vendredi soir, j'ai appris qu'un très gros lycée de Thionville, le lycée Saint-Pierre-Chanel, où étudient plus de 2 200 élèves, est fermé, à la fois pour des cas de Covid-19 dans l'établissement, et pour des cas contact au variant sud-africain. Il y a une inquiétude très forte des parents."

L'élu réclame "un renforcement des vaccinations"

Pierre Cuny parle d'une "transformation complète de l'épidémie". "En quelques semaines, nous sommes passés de l'absence totale de variant, en particulier du variant sud-africain, à plus de 50% aujourd'hui sur les différents prélèvements des dernières 48 heures", et ce alors que le taux de prélèvements positifs s'élève à 8%, détaille-t-il.

Il appelle enfin le gouvernement à un "renforcement des vaccinations". "Il faut le faire sérieusement. Sur Thionville, j'ai un centre en attente de pouvoir vacciner depuis un mois. Il n'y a pas de doses, explique Pierre Cuny. Sur une ville comme Thionville, sur un bassin de 150 000 habitants, on a 800 doses par semaine alors qu'il faudrait vacciner une population de 20 000 personnes ! Quand le ministre vient vendredi avec 2 000 doses supplémentaires de Moderna, qu'il faut faire sous 48 heures en réorganisant les équipes, tout cela me paraît un petit peu de l'amateurisme. Il faut clairement mettre en place une politique vaccinale."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.