Cet article date de plus d'un an.

Vaccination contre le Covid-19 : les interrogations qui subsistent

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Vaccination contre le Covid-19 : les interrogations qui subsistent
France 2
Article rédigé par
A.Jolly, J.Lonchampt, B.Vignais, P.Caron, J.Montupet - France 2
France Télévisions

Pour vacciner plus de personnes, il faut plus de vaccins mais aussi plus de personnels et plus de centres. Comment l’accélération de la campagne va-t-elle s’organiser ? 

Accélérer la cadence nécessite de la main d’œuvre. Pour l’instant, les médecins, infirmiers et infirmières sont autorisés à vacciner contre le Covid-19. Les pharmaciens attendent encore le feu vert. Les soignants de plus de 50 ans peuvent actuellement se faire vacciner dans une poignée d’hôpitaux, mais dès la semaine prochaine, une centaine de centres dans des établissements de santé seront opérationnels pour vacciner de nouvelles franges de la population. Le gouvernement en prévoit 600 opérationnels fin janvier.  

Les laboratoires pas encore réquisitionnés 

Dans les laboratoires de biologie, plusieurs pièces réfrigérées pourraient permettre d’entreposer des vaccins. Selon Vincent Vieillefond, pharmacien biologiste à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), 20 à 30 000 personnes pourraient être vaccinées chaque jour dans les laboratoires. "On a déjà tout l’équipement qu’il faut, le personnel est là, les locaux sont prêts, il suffit juste qu’on fasse appel à nous", explique le biologiste. Des précisions seront données, jeudi 7 janvier, lors d'une conférence commune du Premier ministre Jean Castex et du ministre de la Santé Olivier Véran.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.