Vaccin contre le Covid-19 : élargissement des publics prioritaires

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Vaccin contre le Covid-19 : élargissement des publics prioritaires
France 3
Article rédigé par
F.Vallet, O.Levesque, B.Vignais, F.Badaire, J.Cordier - France 3
France Télévisions

Un Français adulte sur quatre a reçu sa première injection de vaccin contre le Covid-19. Le gouvernement a décidé, mardi 20 avril, d'élargir les publics prioritaires à une vingtaine de métiers jugés à risque. Une seule condition pour les concernés : avoir plus de 55 ans. 

Être prioritaire pour la vaccination, certains n'attendaient que ça. "On fait du transport public, on a toujours des gens, et des gens de tout âge, explique Jalel Zem Zem, chauffeur de taxi. On ne sait pas qui est malade, ou qui n'est pas malade." À partir de samedi 24 avril, la liste des professions prioritaires s'allonge. Durant deux semaines, les conducteurs de bus, chauffeurs routiers ou de taxis, caissières, employés des pompes funèbres ou des abattoirs et les agents de sécurité auront des créneaux de vaccination dédiés, à condition d'avoir au moins 55 ans. Au total, une vingtaine de métiers composent la liste. 400 000 personnes seraient concernées. 

Vaccin à l'AstraZeneca

Frédéric Gauthier, boulanger, avait tenté plusieurs fois d'obtenir un rendez-vous pour être vacciné, sans succès. Il se réjouit aujourd'hui de cette annonce, et de cette protection "vis-à-vis des autres personnes, soit des clients, soit de la famille, soit des salariés." Les syndicats souhaiteraient voir la vaccination encore étendue. "On considère qu'il faut donner de la perspective et ouvrir aux moins de 55 ans dans les semaines qui viennent, pour vraiment que cette stratégie vaccinale puisse être pleine et entière", commente Catherine Pinchaut, secrétaire nationale en charge du travail à la CFDT. Les personnes prioritaires devront s'adresser à un centre de santé. Le ministère de la Santé précise dans la soirée de mardi qu'il s'agira du vaccin AstraZeneca. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.