VIDEO. Vaccin contre le coronavirus : comment les retards s'accumulent

Samedi 23 janvier, les retards dans la livraison des vaccins contre le coronavirus s'accumulent. Avec tous ces couacs, l'objectif du gouvernement de vacciner tous les Français d'ici la fin de l'été paraît difficilement tenable.

France 3

Centres de vaccination temporairement fermés, rendez-vous annulés ou décalés : les couacs dans la livraison de vaccins contre le coronavirus s'accumulent. À Montluçon (Allier), les personnes souhaitant se voir injecter une dose ont été invitées à revenir plus tard. "J'étais un des premiers à m'inscrire, j'étais volontaire, et, résultat, je vais passer dans les derniers", déplore un homme. Samedi 23 janvier, la campagne de vaccination tourne au ralenti. Et pourtant, les commandes ont bien été passées.

Un problème d'anticipation ?

Mais les laboratoires n'arrivent plus à suivre. Samedi, la Haute Autorité de la santé (HAS) a préconisé un report de l'administration de la deuxième dose. Les deux injections pourraient désormais être espacées de six semaines, à la place de trois actuellement. Une stratégie qui serait sans danger et qui permettrait de vacciner plus de monde. Vendredi, après Pfizer, le laboratoire AstraZeneca a aussi annoncé un retard de livraison en Europe. Dans la course au vaccin, les Européens semblent payer une moins bonne anticipation que les Américains.

Le JT
Les autres sujets du JT
Cette recommandation concerne les vaccins à ARN messager, ceux de Pfizer-BioNTech et Moderna. (Photo d\'illustration)
Cette recommandation concerne les vaccins à ARN messager, ceux de Pfizer-BioNTech et Moderna. (Photo d'illustration) (DAVID HIMBERT / HANS LUCAS / AFP)