Portrait Ugur Sahin et Ozlem Tureci, les "Curie allemands du covid" à l’origine de la réussite de BioNTech

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Vaccin : le couple à l’origine de la réussite de BioNTech
FRANCE 2
Article rédigé par
L. Desbonnets, D. Boussouar, J. Méchausse - France 2
France Télévisions

Cette entreprise de biotechnologie allemande, à l’origine d’un vaccin anti-covid, est dirigée par ce couple de chercheurs. 

Le feu vert du Royaume-Uni, premier pays à autoriser mercredi 2 décembre le vaccin Pfizer/BioNTech, consacre dix mois de recherches menées par la surprenante alliance entre le grand laboratoire américain Pfizer et son partenaire, BioNTech, une entreprise de biotechnologie allemande créée il y a douze ans par deux médecins chercheurs d’origine turque. On les surnomme "la dream team du vaccin", les "Curie allemands du Covid". Mariés, ils sont presque toujours ensemble sur les photos. Ugur Sahin, fils d’ouvrier arrivé de Turquie à l’âge de 4 ans, et Ozlem Tureci, fille d’un médecin ayant quitté Istanbul.

Des recherches en médecine moléculaire

Un couple de scientifiques plus à l’aise dans les laboratoires que dans la conférence de presse où ils présentaient leur vaccin tant attendu contre le Covid. "On ne voit pas de différence d’efficacité du vaccin en fonction de l’ethnicité, du sexe ou de l’âge", a rapporté Ozlem Tureci. "On espère avoir de nouvelles données en janvier, qui nous permettront d’avoir des conditions de transport du vaccin plus souples", a ajouté Ugur Sahin.

Loin d'imaginer se retrouvr un jour sur le devant de la scène, le couple ne voulait pas même pas devenir chef d’entreprise. Mais ils n’ont pas eu le choix, puisque leurs recherches en médecine moléculaire apparaissaient comme trop osées pour l'industrie pharmaceutique.

Des milliardaires dans un appartement modeste

Ils sont donc créé ce laboratoire installé à Mayence, près de Francfort, rue de la Mine d'or. L'an dernier encore, dans des réunions de chercheurs, ils promettaient de révolutionner le traitement contre le cancer. Mais en janvier, quand arrive le covid-19, ils mobilisent toutes leurs ressources. Un pari gagnant. "On pense que c'est vraiment le début de la fin de la pandémie, si on peut assurer une diffusion très large de notre vaccin", espère Ugur Sahin. 

Désormais milliardaire mais ne posédant qu'un appartement modeste et pas de voiture, le couple de chercheur assure vouloir rester discret. Ugur Sahin refuse même d'être érigé en modèle d'intégration : "J'aurais pu", dit-il, "aussi bien être d'origine espagnole ou allemande". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.