"La question de la vaccination obligatoire pour les soignants se pose", selon le directeur médical du Samu de Seine-Saint-Denis

Seul un tiers du personnel médical a été vacciné contre le Covid-19, a indiqué le Premier ministre jeudi. Pour Frédéric Adnet, cette absence de protection contre le virus fait peser un risque accru d'absentéisme à l'hôpital.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un médecin administre une dose de vaccin contre le Covid-19 Pfizer-BioNtech à un soignant de l'hôpital Ambroise Paré de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), le 6 janvier 2021. (THOMAS SAMSON / AFP)

Seuls 30 % du personnel hospitalier a pour l’instant été vacciné en France, a annoncé Jean Castex jeudi 4 mars lors de sa conférence de presse sur l'épidémie de Covid-19. "La question de la vaccination obligatoire pour les soignants se pose", a réagi le professeur Frédéric Adnet, directeur médical du Samu de Seine-Saint-Denis et chef du service des urgences de l’hôpital Avicenne de Bobigny.

"Je pense que le personnel soignant doit se faire vacciner", a poursuivi Frédéric Adnet. "La vaccination contre l'hépatite B, elle, est obligatoire pour le personnel soignant sans qu’il n’y ait de véritables oppositions. Vacciner les soignants est une priorité."

Un appel à "une vaccination de masse"

"Le principal facteur limitant pour ouvrir des nouveaux lits, pour accueillir des patients Covid, ce sont les personnels soignants qui sont malades ou qui sont en arrêt maladie, indique le professeur. Cela engendre de l’absentéisme. Il faut donc convaincre les soignants qui ne veulent pas se faire vacciner que l’Astrazeneca est un très bon vaccin."

"Il y a tout un effort à faire pour que les soignants changent d’opinion."

Frédéric Adnet

à franceinfo

Frédéric Adnet appelle à une "vaccination de masse" dans les départements les plus touchés par la circulation du virus : "On voit les bons résultats en Angleterre, en Israël et aux États-Unis. Il faut recourir comme ces pays à ce qu’on avait fait pour la vaccination H1N1, où l’on avait recouru à des vaccinodromes."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.