Covid-19 : une fois vaccinés, "les plus âgés doivent pouvoir retrouver une vie quasiment normale" dans les Ehpad

L'Association des directeurs au service des personnes âgées plaide pour un assouplissement des règles sanitaires dans les Ehpad pour les résidents vaccinés. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Résidents d'un Ehpad de Crépy-en-Valois (Oise), le 13 janvier 2021. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

L'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) lance un appel pour donner "plus de libertés" aux personnes âgées une fois qu'elles ont été vaccinées. "Les plus âgés doivent pouvoir retrouver une vie quasiment normale", a expliqué sur franceinfo Pascal Champvert, président de l'AD-PA.

franceinfo : Pourquoi lancez-vous un tel appel ?

Il y a urgence. Maintenant que tous ceux qui le souhaitaient ont été vaccinés en établissement parmi les résidents, il faut qu'ils puissent à nouveau sortir librement, retourner dans leur famille, recevoir leurs enfants, leurs petits-enfants, voire leurs arrière-petits-enfants chez eux dans leur logement ou leur chambre. Il faut qu'ils puissent déjeuner avec leurs amis résidents et ne plus être dans cette situation d'avoir un mètre à deux mètres, ce qui est insupportable pour les personnes ayant des problèmes d'audition. Il faut aussi qu'ils puissent se rencontrer d'un établissement à l'autre.

Est-ce que ces mesures ont un impact sur leur santé ?

Ces mesures ont un impact sur tous les Français. Au début de la crise on a dit qu'il faudrait trouver un bon équilibre entre santé physique et santé psychique. Nous avons supporté une année effroyable dont l'unique coupable est le virus, maintenant que nous avons le vaccin, les plus âgés peuvent retrouver une vie quasiment normale même s'il faudra toujours avoir les masques, se laver régulièrement. Mais ils vont avoir une vie plus simple. Il faut que la ministre déléguée à la Santé Brigitte Bourguignon mette cela en place rapidement. A nos âges les années, les jours, comptent quadruple.

Vous dites que la vie des vieux ne vaut pas mieux que celle des jeunes. Pourquoi une telle déclaration ?

Nous nous sommes exprimés fortement contre l'âgisme et pour le respect de tous les âges dans notre démocratie. On parle d'égalité, de liberté mais aussi de fraternité. C'est quoi la fraternité ? C'est que ma liberté vaut votre liberté, la liberté des hommes vaut celle des femmes, la liberté des vieux celle des jeunes, et la liberté des jeunes celle des vieux. Quand on voit que Jean-François Delfraissy est critiqué sur son âgé, c'est ignoble. On peut le critiquer, mais pas sur son âge, c'est insupportable. L'âgisme est un mal qui ronge notre société, mais à la différence des autres discriminations on ne le repère pas.

Comment avance la campagne de vaccination des personnes âgées à domicile ?

Malheureusement, elle n'avance pas assez vite. Nous avions demandé dès le début de la logique vaccinale que l'on vaccine toutes les personnes âgées qui le souhaitaient. Cela n'a pas été fait dès le début, c'est regrettable. La ministre Brigitte Bourguignon nous dit que cela va se faire très prochainement. Il faut que cela se fasse très rapidement, surtout pour les personnes les plus fragiles à domicile, celles qui ne vont pas pouvoir prendre rendez-vous sur internet ou par téléphone, qui ne vont pas pouvoir se rendre dans les centres de vaccination.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.