Covid-19 : "Si tout va bien, le mercredi 22 décembre après-midi, nous démarrerons la vaccination des enfants", annonce Olivier Véran

Le ministre de la Santé a par ailleurs précisé que "le virus circule beaucoup chez les enfants, que ce soit à l'école ou à la maison".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de la Santé Olivier Véran sur France Inter, le 18 décembre 2021.
 (FRANCEINTER / RADIOFRANCE)

"Si tout va bien, le 22 après-midi, nous démarrerons la vaccination des enfants dans les centres adaptés pour les enfants", affirme le ministre de la Santé Olivier Véran ce samedi sur France Inter, alors qu'il attend toujours plusieurs feux verts pour lancer la vaccination des enfants de 5 à 11 ans qui ne sont pas particulièrement à risque de contracter des formes graves du virus.

"Le Conseil consultatif d'éthique que j'avais saisi a rendu ses conclusions [vendredi], il nous dit qu'on pourra y aller. La Haute autorité de santé va rendre ses conclusions en tout début de semaine et va nous dire, vraisemblablement, qu'on peut y aller. Et le Comité d'orientation pour la stratégie vaccinale du professeur Alain Fischer rendra ses conclusions le 22 décembre au matin, après avoir consulté les données américaines en vie réelle basées sur la vaccination avec rappel de deux millions d'enfants américains, ce qui nous permettra de disposer de toutes les informations, de les communiquer en transparence et de rassurer", détaille-t-il.

Plus de 20 000 enfants de 5 à 11 ans déjà vaccinés

"Je préfère un démarrage en sécurité, en transparence, et que ces quelques jours de latence avant de vacciner les petits, nous puissions les utiliser afin de vacciner les enfants qui sont à risque de faire des formes graves", ajoute le ministre de la Santé. "Depuis le début de la vaccination, il y a plus de 20 000 enfants de 5 à 11 ans qui ont été déjà vaccinés parce qu'ils étaient à risque de faire des formes graves, nous continuons."

Alors que le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer affirme que les écoles ne sont pas des lieux particuliers de diffusion du virus, Olivier Véran répond que "le fait est que le virus circule beaucoup chez les enfants, que ce soit à l'école ou à la maison". Pour lui, avec la vaccination, "il s'agit à la fois de protéger les enfants et de protéger leur éducation parce qu'un enfant qui n'est pas vacciné avec une vague d'Omicron aura beaucoup plus de mal à aller à l'école, et c'est aussi de protéger les parents et les grands-parents".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.