Cet article date de plus d'un an.

Covid-19 : les vaccins restent la clé contre les formes graves, martèlent les autorités sanitaires américaines

Les Etats-Unis enregistrent actuellement plus de 5 000 hospitalisations liées au Covid par jour. La forte progression des contaminations s'explique par l'arrivée des sous-variants d'Omicron BA.4 et BA.5.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un homme reçoit une dose de vaccin, le 6 avril 2022, à San Rafael, en Californie. (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Une protection indispensable. Les autorités sanitaires américaines ont insisté, mardi 12 juillet, sur l'importance des vaccins contre les formes graves du Covid, même si les sous-variants d'Omicron semblent davantage échapper à la réponse immunitaire. Les Etats-Unis enregistrent chaque jour quelque 5 100 hospitalisations liées au Covid, "le double par rapport aux admissions en mai", a noté la directrice des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), Rochelle Walensky, lors d'un point presse.

>> Chiffres du Covid-19 : morts, hospitalisations, vaccins… Suivez l’évolution de l'épidémie en France et dans le monde

Cette hausse est liée à la progression fulgurante des sous-variants d'Omicron BA.4 et BA.5, détectés pour la première fois en avril et qui représentent respectivement 16% et 65% du virus actuellement en circulation aux Etats-Unis. Même s'ils ne semblent pas plus dangereux que les autres variants, "ils sont plus contagieux et échappent davantage à la réponse immunitaire", qu'elle ait été acquise par la vaccination ou par une précédente infection, a expliqué Rochelle Walensky.

Mais l'efficacité des vaccins contre les formes graves et la mort reste "probablement haute pour BA.4 et BA.5", a-t-elle ajouté, en appelant les Américains à recevoir au plus vite toutes les doses recommandées. Face à ces sous-variants, "il ne faut pas paniquer ou les laisser bouleverser nos vies, mais on doit les prendre au sérieux", a ajouté l'immunologue Anthony Fauci, principal conseiller du président Joe Biden sur la crise sanitaire. 

De nombreux Américains, par lassitude face aux vaccins ou parce qu'ils en attendent une nouvelle génération plus ciblée à l'automne, tardent à recevoir ces injections.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.