Covid-19 : les soignants de 50 ans et plus pourront être vaccinés "dès lundi", sans attendre l'échéance prévue fin janvier

Le ministre de la Santé a annoncé, jeudi, que le gouvernement avait décidé "d'accélérer la protection des publics prioritaires".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un médecin se fait vacciner contre le Covid-19 dans une clinique de Gauting (Allemagne), le 30 décembre 2020. (SVEN HOPPE / DPA / AFP)

Critiquée pour sa lenteur dans sa stratégie vaccinale, la France passe la seconde. "Dès lundi, les soignants de 50 ans et plus qui le souhaitent pourront se faire vacciner dans les centres disposant déjà de vaccins", afin "d'accélérer la protection des publics prioritaires", a annoncé le ministre de la Santé, Olivier Véran, jeudi 31 décembre, sur Twitter. Mardi, sur France 2, il avait affirmé que le vaccin serait disponible d'ici fin janvier pour les "professionnels de santé de 50 ans et plus"

"Soyez rassurés. La campagne vaccinale va bientôt prendre de l'ampleur", a ajouté Olivier Véran, en réponse aux critiques d'élus, de médecins et de l'Académie nationale de médecine dénonçant le démarrage lent des injections. "Bientôt plus d'une centaine d'hôpitaux équipés pourront les délivrer chaque jour, sur tout le territoire métropolitain et en Outre-mer", a assuré le ministre.

Des centres de vaccination en ville d'ici février

"De plus, avant la début février, de premiers centres de vaccination ouvriront en ville pour commencer à vacciner les personnes âgées de 75 ans et plus, puis les 65 ans et plus, etc", a-t-il complété.

Olivier Véran affirme que la France ne compte encore que "quelques centaines de vaccinés" en raison de la priorisation des publics, du temps de recueil du consentement éclairé des résidents et des contraintes logistiques des établissements d'hébergement des personnes âgées. "Dans quelques semaines, la vaccination aura été proposée à l'ensemble des personnes âgées, et nous serons au même niveau que les pays qui ont procédé différemment, promet-il. Sans perte de chance, au contraire."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.