Covid-19 : les livraisons du vaccin AstraZeneca-Oxford moindres que prévu en Europe

En cause, une "baisse de rendement" sur un site de fabrication, a indiqué vendredi le groupe britannique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des flacons du vaccin AstraZeneca-Oxford dans une maison de retraite à Wigan, dans le nord-ouest de l'Angleterre, le 21 janvier 2021. (OLI SCARFF / AFP)

Alors que la polémique enfle autour des baisses de livraison du vaccin Pfizer-BioNTech, le groupe britannique AstraZeneca-Oxford a indiqué, vendredi 22 janvier, que les livraisons de son vaccin en Europe, sous réserve de son approbation, seront moins importantes que prévu, en raison d'une "baisse de rendement" sur un site de fabrication.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé le 12 janvier avoir reçu une demande d'autorisation pour le vaccin AstraZeneca-Oxford contre le coronavirus. L'agence avait alors indiqué qu'elle pourrait rendre sa décision le 29 janvier. Ce vaccin est un vaccin "à vecteur viral", qui prend comme support un autre virus (un adénovirus de chimpanzé) transformé et adapté pour combattre le Covid-19.

Jusqu'à 400 millions de doses réservées

"Bien qu'il n'y ait pas de délai prévu pour le début des expéditions de notre vaccin, si nous recevons l'approbation en Europe, les volumes initiaux seront inférieurs aux prévisions initiales en raison d'une baisse de rendement sur un site de fabrication de notre chaîne d'approvisionnement européenne", a indiqué à l'AFP une porte-parole d'AstraZeneca.

La Commission européenne avait initialement réservé jusqu'à 400 millions de doses de ce vaccin. "Nous fournirons des dizaines de millions de doses en février et mars à l'Union européenne, et nous continuons d'augmenter les volumes de production", a ajouté la porte-parole, sans préciser les quantités exactes.

Un vaccin plus facile à stocker et transporter

AstraZeneca a "confirmé aujourd'hui lors de la réunion du comité directeur avec les États membres qu'il y aurait un changement dans son calendrier de livraison", a pour sa part indiqué à l'AFP Stefan De Keersmaecker, porte-parole de la Commission européenne chargé de la santé. "Nous nous efforçons d'en savoir plus", a-t-il ajouté.

L'Union européenne et l'EMA sont sous pression pour accélérer l'approbation de nouveaux vaccins contre le virus. Le vaccin AstraZeneca-Oxford présente l'avantage d'être moins cher à produire que celui de ses rivaux. Il est également plus facile à stocker et transporter, en particulier que celui de Pfizer/BioNTech qui doit être conservé à de très basses températures (-70°C).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.