Covid-19 : le dispositif Covax est "le plus grand déploiement de vaccins de l'histoire de l'humanité"

Le dispositif Covax, mis en place par l'Organisation mondiale de la santé, doit permettre de fournir des vaccins anti-Covid à de nombreux pays pauvres et en développement. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Réception des vaccins du dispositif Covax à Abidjan (Côte d'Ivoire), le 26 février 2021. (SIA KAMBOU / AFP)

"C'est vraiment le début du plus grand déploiement de vaccins dans le monde et de l'histoire de l'humanité", a estimé dimanche 28 février sur franceinfo Marie-Ange Saraka-Yao, directrice générale de Gavi, l’Alliance du vaccin. La Côte d'Ivoire a reçu 504 000 doses de vaccin contre le Covid-19, vendredi 26 février, peu après le Ghana (600 000 doses). Ils font partie des premiers pays à bénéficier des vaccins financés par le système Covax visant à fournir cette année des injections anti-Covid à 20% de la population de près de 200 pays et territoires participants.

franceinfo : L'initiative Covax se concrétise enfin ?

Marie-Ange Saraka-Yao : Oui, c'est vraiment un effort fantastique qui a été rendu possible par une collaboration extraordinaire à la fois du G7, du G20 et de beaucoup de donateurs, mais aussi évidemment avec les producteurs de vaccins, avec les pays, avec les agences de santé. C'est vraiment le début du plus grand déploiement de vaccins dans le monde et de l'histoire de l'humanité.

Quels sont les prochains pays qui vont recevoir des doses ? Et combien ?

Dans la semaine qui arrive, il y a plusieurs pays notamment la République démocratique du Congo, le Sénégal, le Rwanda, l'Ouganda et d'autres. L'idée, c'est dans ces deux premiers trimestres de distribuer au moins un demi-milliard de doses et évidemment d'aller crescendo jusqu'à deux milliards de doses cette année. L'idée, c'est d'abord dans cette phase aiguë de l'épidémie de protéger le personnel de santé et les personnes les plus à risque. Et au fur et à mesure que les contraintes sur la capacité de production sont levées, d'augmenter évidemment cette couverture. [...] Tant que chacun d'entre nous n'est pas protégé, personne ne peut être protégé. Donc, avoir un pays qui a 60% de couverture et un autre qui n'en a pas, ce ne sera pas viable.

Comment choisissez-vous à quel pays livrer d'abord ? Comment est-ce que cela s'organise ?

L'initiative Covax comprend 190 pays dans le monde, dont 92 pays à revenu faible et intermédiaire donc qui bénéficient plus particulièrement du soutien des dons du G7, du G20 et d'autres pays donateurs. L'idée est de pouvoir avancer dans tous ces pays en même temps pour avoir une couverture équitable de protection. La décision est vraiment basée sur l'état de préparation des pays. C'est fondamental.

Il faut comprendre que, d'un côté, il y a les producteurs qui doivent augmenter, les donateurs qui doivent donner en effet du financement pour soutenir l'effort, mais il y a aussi la préparation des pays. Elle comprend notamment la préparation du personnel de santé, de la chaîne de froid, les conditions réglementaires qui sont importantes, les conditions d'indemnité. Et souvent, c'est cette combinaison qui un peu coince et qui fait que les pays les premiers prêts [reçoivent les doses]. On pense que dans cette première moitié de l'année, on pourra atteindre une majorité de pays et surtout le personnel de santé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.