Covid-19 : la question de la vaccination des enfants pourrait "se poser", selon le professeur Alain Fischer

"Les nouveaux variants pourraient nous conduire à faire évoluer la stratégie", estime le "monsieur vaccin" du gouvernement dans "Le Parisien".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'immunologue Alain Fischer lors d'une conférence de presse sur la campagne de vaccination contre le Covid-19, le 3 décembre 2020, à Paris. (BENOIT TESSIER / AFP)

La stratégie française de vaccination contre le Covid-19 pourrait être amenée à évoluer face à l'émergence de variants du coronavirus, estime Alain Fischer dans les colonnes du Parisien, samedi 16 janvier. "Peut-être un jour faudra-t-il vacciner les enfants", souligne l'immunologue, chargé de conseiller le gouvernement sur la campagne de vaccination contre le Covid-19 en France.

Trois variants du virus ont été identifiés, au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et en Amazonie. "En Grande-Bretagne, on cherche à savoir si le taux d'infection plus important [des enfants] est lié à ce variant. Si cela se confirme et que les enfants transmettent le virus, la question [de leur vaccination] se posera", explique Alain Fischer. Le plan de l'exécutif va donc "bouger en fonction de la situation épidémique".

Les plus jeunes étaient dans un premier temps exclus de la campagne de vaccination présentée par le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran. La France a démarré les injections contre le Covid-19 fin décembre, en commençant par les résidents des Ehpad et les soignants. Suivront dès lundi 18 janvier les personnes à risque et les personnes de plus de 75 ans n'habitant pas en maison de retraite. Les phases suivantes devraient ensuite permettre d’ouvrir largement la vaccination aux plus de 18 ans sans comorbidités.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.