Covid-19 : "La France a compris qu'on aurait besoin de vaccinodromes" pour "sortir totalement de cette crise", estime le médecin Philippe Amouyel

"Il faut mettre en place une machinerie capable de réaliser ces vaccinations", explique le médecin au CHU de Lille.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les préparatifs pour l'ouverture du vaccinodrome le 6 avril prochain au Stade France en Seine-Saint-Denis, le 31 mars 2021. (GUILLAUME GEORGES / MAXPPP)

Philippe Amouyel, professeur des universités et médecin au CHU de Lille, s'est réjoui, samedi 3 avril sur franceinfo, de la future mise en place de nombreux vaccinodromes en France pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. "Si on veut atteindre les objectifs fixés par le gouvernement de sortie de crise à très court terme, Il va falloir d'ici la semaine prochaine ou 15 jours assurer 500 000 vaccinations par jour, y compris les jours fériés et les week-end. Donc, il faut mettre en place une machinerie capable de réaliser ces vaccinations", explique-t-il.

>> Covid-19 : visite du vaccinodrome installé au Stade de France, très attendu en Seine-Saint-Denis pour lutter contre l'épidémie

La campagne de vaccination contre le Covid-19 doit normalement connaître une accélération au mois d'avril. Plusieurs vaccinodromes sont ou vont être installés dans les stades, notamment à Dijon."C'est ce qui est en train d'être fait et enfin, la France a compris qu'on aurait besoin de ses vaccinodromes, c'est une excellente chose. Maintenant, c'est l'approvisionnement qui reste la clé", prévient Philippe Amouyel.

Pour la population générale, la sortie de crise va dépendre de deux choses, selon le médecin au CHU de Lille. "La vitesse avec laquelle on va pouvoir vacciner et l'attribution des doses, mais également le nombre de personnes qui vont finir par accepter de se faire vacciner. Si on veut sortir totalement de cette crise, il faudrait qu'on puisse vacciner au moins 70 à 80% de la population. C'est le prochain enjeu", conclut-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.