Covid-19 : "Il n'y a aucun doute, la vaccination protège bien", selon le directeur de l'ARS Paca

Selon Philippe de Mester, 95 % des personnes actuellement hospitalisées en Paca ne sont pas vaccinées.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le président de l'Agence régionale de santé en PACA Philippe de Mester donnant une conférence de presse le 14 septembre 2020. (NICOLAS TUCAT / AFP)

"Il n'y a aucun doute, la vaccination protège bien", martèle mardi 27 juillet sur franceinfo Philippe de Mester, le directeur général de l’ARS Paca, alors que la région Provence-Alpes-Côte d'Azur fait partie des régions les plus touchées par le Covid-19. "95 % des personnes hospitalisées sont des personnes qui ne sont pas vaccinées", tient à souligner Philippe de Mester. Et il n'y a "quasiment plus de cas" en Ehpad, chez les personnes âgées. C'est donc par la vaccination "que l'on va surmonter l'épidémie", insiste le directeur de l'ARS.

franceinfo : La montée en puissance du virus se traduit-elle déjà dans les hôpitaux en région Paca ?

Un peu. C'est sûr qu'on a des taux d'incidence qui sont extrêmement élevés. On a dépassé les 400 pour 100 000 habitants. Il y a des différences marquées suivant les classes d'âge. Chez les plus jeunes, c'est à dire ceux qui ont entre 20 et 40 ans, on atteint des taux qui sont très élevés, de plus de 1 % de taux d'incidence, voire 1,5 %. Donc il y a vraiment un développement de l'épidémie spectaculaire.

Des contaminations chez les jeunes, est-ce que cela veut dire des cas graves, moins nombreux ?

Pour l'instant, oui. Mais il y a une telle quantité de personnes contaminées que l'on peut penser qu'il y aura quand même des conséquences très sensibles sur le fonctionnement hospitalier. Parmi ces jeunes, malheureusement, certains vont devoir être hospitalisés. Et parmi ceux qui sont hospitalisés, certains vont se retrouver en réanimation. Et donc on commence à en voir un petit peu les prémices, puisqu'en quelques jours, on a vu une augmentation assez nette du nombre d'hospitalisations, avec 150 personnes hospitalisées en huit jours. On part d'assez bas, mais ça s'accélère très vite. En réanimation, on enregistre aussi depuis les trois derniers jours une augmentation assez sensible : 20 personnes de plus en trois jours en réanimation. Donc c'est le début d'une accélération dont on espère et on souhaite qu'elle ne soit pas trop importante. Mais on a les prémices d'une dégradation.

Parmi tous ces cas de contamination et ces personnes qui arrivent à l'hôpital, y a-t-il une large surreprésentation de non-vaccinés ?

Absolument. 95 % des personnes qui ont été hospitalisées, soit en conventionnel, soit en réanimation, sont des personnes qui ne sont pas vaccinées. Donc là-dessus, il n'y a aucun doute. La vaccination protège, la vaccination protège bien. Dans le pire des cas, si vraiment des personnes sont malgré tout infectées, ce sont des formes bénignes. Nous n'avons quasiment plus de cas chez les personnes les plus âgées chez lesquelles la couverture vaccinale est la meilleure. Donc, dans les Ehpad, parmi les personnes très âgées, nous n'avons pratiquement plus de cas. Donc, il n'y aucun doute sur le sujet. La vaccination, c'est une protection efficace et c'est comme ça qu'on va pouvoir surmonter l'épidémie. Il n'y a aucun doute sur le sujet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.