Cet article date de plus d'un an.

Covid-19 : des chercheurs trouvent une piste pour expliquer pourquoi des personnes vaccinées ont développé des formes graves de la maladie

Selon ce comité de chercheurs français et américains, le système immunitaire de ces patients est en cause. 

Article rédigé par Anne-Laure Dagnet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une dose de vaccin (Illustration).  (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

C'était l'un des arguments mis en avant régulièrement par les opposants au vaccin anti-Covid. Des chercheurs ont découvert pourquoi certaines personnes vaccinées contre le Covid développent malgré tout des formes graves de la maladie, au point d'être hospitalisés. Des situations qui ont été décelées dans de très rares cas en France.

>> VRAI OU FAKE : la vitamine D fait-elle baisser la mortalité liée au Covid-19 ?

Selon les conclusions de cette étude, c'est leur système immunitaire qui est en cause pour un quart d'entre elles. Ces personnes souffrent d'un déficit immunitaire sans qu'ils soient au courant : leurs anticorps s'attaquent aux molécules que leur organisme produit pour se défendre contre le virus : les interférons de type 1. 

Pour arriver à cette conclusion, ces chercheurs de l'Inserm, de l'université Paris Cité et de l'université Rockfeller à New York ont ainsi suivi 48 patients âgés de 20 à 80 ans.

Ces derniers avaient tous été hospitalisés pour une forme sévère ou critique de Covid après une infection par le variant Delta alors qu'ils avaient un schéma vaccinal complet. Les scientifiques ont d'abord vérifié que le vaccin avait bien fonctionné chez eux et ils ont ensuite recherché la présence d'anticorps dirigés contre ces protéines qui nous protège contre les virus. Ils ont alors détecté ces auto-anticorps chez un quart des patients.

Malgré un passage à l'hôpital, tous sont aujourd'hui en vie : preuve que le vaccin les a tout de même protégés, puisque chez ces personnes qui souffrent d'un déficit immunitaire, le taux de décès des non vaccinés est de 20%. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.