Coronavirus : la bureaucratie ralentit le combat

Même si la campagne de vaccination contre le coronavirus est montée en cadence, les attaques restent nombreuses notamment sur les procédures administratives. Enquête. 

FRANCEINFO

Depuis lundi 4 janvier, les soignants de plus de 50 ans peuvent se faire vacciner contre le Covid-19. Volontaire, le docteur Richard Wild, médecin à Mulhouse (Haut-Rhin) a appelé l'Agence régionale de santé devant les caméras de France Télévisions. "C'est un parcours du combattant, parce que les numéros, les uns après les autres, s'avèrent peu informatifs, et, chaque fois, on me renvoie sur un autre service", témoigne le professionnel de santé. En tout, il s'est entretenu avec cinq interlocuteurs différents de l'État au bout du fil, pour qu'à la fin il n'en sache pas plus. Il faudra qu'il envoie un courriel et alerte la presse pour se faire enfin vacciner dans la semaine du 11 janvier.

"Un monstre à bouger"

Néanmoins, les retards à l'allumage remontent à plus loin. Pendant le premier confinement, le maire de Kingersheim (Haut-Rhin) dit s'être "senti seul" pour se procurer des masques et des blouses. D'où le problème vient-il ? Peut-être de l'organisation de l'État. Rien que pour la campagne de vaccination, un rapport parlementaire a recensé au 15 décembre, 21 instances de décisions et d'évaluations. "L'administration de la Santé, c'est un État dans l'État, noyautée par les syndicats, confie anonymement un conseiller ministériel. C'est un monstre à bouger." La Direction générale de la santé n’a fait aucun commentaire. Emmanuel Macron envisage toujours une réforme de l’Etat avant la fin de son quinquennat en 2022.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron préside le Conseil de défense sur la crise sanitaire, le 12 novembre 2020 à l\'Elysée.
Emmanuel Macron préside le Conseil de défense sur la crise sanitaire, le 12 novembre 2020 à l'Elysée. (THIBAULT CAMUS / AFP)