À Nancy, des maraudes pour vacciner les personnes sans-abri directement dans la rue

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Une maraude pour les SDF à Nancy
Article rédigé par
Corentin Mirallés - franceinfo
France Télévisions

Une équipe médicale parcourt les rues nancéiennes pour informer les personnes sans-abri sur l'importance de la vaccination contre le Covid-19. Celles et ceux qui le souhaitent peuvent même se faire vacciner directement dans le camion du Samu social. Une façon pour les soignants de se rendre au plus près des lieux de vie des personnes sans-abri. #IlsOntLaSolution 

À Nancy, les personnes sans-abri ont aussi le droit à leur dose de vaccin. Deux médecins, un infirmier, un secouriste et trois travailleurs sociaux vont à la rencontre des plus précaires dans les rues de la préfecture de Meurthe-et-Moselle pour faire de la prévention et informer sur l’importance de la vaccination. Cette belle initiative est née dans l’esprit d’Olivier Babel, infirmier au centre de vaccination de Jarville-la-Malgrange : “L’idée, c'est d'aller les chercher au plus près de l’endroit où ils se trouvent, de ne pas leur donner une contrainte supplémentaire ou une raison de ne pas venir chez nous sur les centres de vaccination. L’idée c'est de venir chez eux, de prendre un peu le temps de leur amener le médecin, l'infirmier, puis le vaccin à domicile en quelque sorte.

Un tiers des personnes refusent la vaccination

Parfois, les personnes rencontrées ne souhaitent pas se faire vacciner mais pour d’autres, c’est une belle réussite. Vers la gare, l’équipe médicale a pu administrer sa première dose à Doudou, ravi : “C’est très bien parce qu’on n’y serait pas allés maintenant, à 45 ans. Donc oui, il y a des gens qui ne vont pas aller se faire vacciner maintenant. Et eux ils sont venus à nous donc effectivement c’est intéressant et ça aide pas mal de gens.

En général, un tiers des personnes SDF refuse de se faire vacciner, un autre tiers est indécis et le dernier tiers accepte la piqûre. “Je m’attendais à pire mais ça va, je n’ai rien senti, détaille Stéphane, 47 ans. Donc j'incite tout le monde à le faire. C’est important parce qu’il y a eu tellement de décès, donc il ne faut pas prendre ça à la rigolade.

Et quand ce n’est pas dans la rue, l’opération se poursuit directement dans les centres d'accueil. Au foyer Stauffer de Jarville, les 102 résidents sont invités à se faire vacciner. Un succès à en voir la queue qui se forme devant la salle de vaccination. Daniel, résident du foyer, a hésité avant de se laisser piquer : “J’ai beaucoup réfléchi avant de me faire vacciner, parce que moi j’ai du diabète depuis 15 ans”, s’inquiétait-il. Une fois vacciné, celui-ci explique : “Ça s’est très bien passé, je n'ai rien ressenti.” 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.