Tests massifs à Charleville-Mézières : "Dans les Ardennes, l'objectif, c'est de tester 15 à 20% dans la population", explique le délégué territorial de l'ARS

La campagne de dépistage massif débute ce lundi à Charleville-Mézières dans les Ardennes, pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Un kit de test de dépistage du coronavirus à Annecy, en Haute-Savoie. (RICHARD VIVION / FRANCE-BLEU PAYS DE SAVOIE)

La campagne de dépistage à grande échelle commence officiellement ce lundi à Charleville-Mézières dans les Ardennes. C'est le cas aussi au Havre, à Roubaix et à Saint-Etienne. L'agglomération s'est portée volontaire et a été retenue par le gouvernement pour ces tests massifs. "Notre objectif, c'est de tester 15 à 20% de la population" affirme ce dimanche soir sur franceinfo, Guillaume Mauffré, le délégué territorial de l'ARS dans les Ardennes.

franceinfo : Est-ce que la situation est inquiétante à Charleville-Mézières ?

Guillaume Mauffré : La situation sanitaire dans les Ardennes est préoccupante depuis plusieurs semaines. Après avoir connu un plateau depuis une quinzaine de jours, on constate depuis le début de la semaine une augmentation de la circulation du virus. Très concrètement, selon les données de ce soir, le taux d'incidence s'élève à 312 nouveaux cas pour 100 000 habitants, quand la moyenne nationale est de 114 nouveaux cas pour 100 000 habitants.

Pourquoi le virus circule plus ?

Il y a un certain nombre d'éléments qui sont constatés sur la circulation du virus. Les Ardennes n'ont pas été aussi touchées que les autres départements de la région pendant la première vague. Il y a encore beaucoup d'éléments qui nous échappent. L'un des objectifs de cette expérimentation nationale qui va débuter demain, c'est d'essayer de comprendre davantage les raisons qui conduisent aux chaînes de transmission et à ce niveau très élevé de circulation de virus. Notre objectif, c'est de tester 15 à 20% de la population, soit environ 50 000 personnes. Au total, 265 000 personnes vivent dans les Ardennes.

Comment fait-on si on veut se faire tester ?

Alors, on a deux modalités de mise en œuvre sur le département. On a une mobilisation de tous les sites qui existent déjà. Et puis, on a huit sites particuliers, temporaires, mis en place sur la communauté d'agglomération de métropole. Sur ces huit sites, on est sur des modalités sans rendez vous. On se présente sur le créneau d'ouverture de 15 à 19 heures et le test est réalisé et restitué au bout de 15 à 30 minutes. Ensuite, sont initiées l'ensemble des opérations de "tracing" et des propositions d'isolement sur les sites.

"On aura une deuxième campagne de dépistage qui sera proposée pour l'ensemble de la population."

Guillaume Mauffré

Qu'est-ce qui se passe pour les personnes testées positives ?

Alors, on leur fait une proposition d'isolement, ce qui leur permet de passer la phase de sept jours en essayant de ne pas contaminer les autres et donc d'avoir plutôt un isolement qui se fait dans un cadre plutôt hôtelier. L'isolement n'est pas un acte obligatoire. L'isolement, c'est une proposition qui est faite en fonction du cadre de vie de la personne : évidemment, quelqu'un qui vit tout seul, ce n'est pas nécessaire qu'il aille s'isoler à l'hôtel. Dans ce cas de figure, on fera plutôt une proposition de service qui lui permet de ne pas sortir et de pouvoir avoir accès, par exemple, à une livraison de courses, ce qui lui permet de rester isolé chez lui pendant cette phase où il est le plus contagieux.

Est-ce qu'il ne valait pas mieux faire ce dépistage massif après les fêtes de Noël ?

Il va y avoir deux phases de prélèvement : la première, avant les fêtes de fin d'année, compte tenu du niveau actif de circulation du virus, c'est absolument nécessaire. Ça permet, compte tenu du taux d'asymptomatiques qui est très important, de connaître son état de contagiosité ou pas. Sur l'après-brassage des fêtes, tout comme cela sera probablement le cas sur l'ensemble du territoire, on aura une deuxième campagne de dépistage qui sera proposée pour l'ensemble de la population.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.