“Non Essentiel”, la marque de vêtements qui soutient les professionnels privés de travail

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
"Non Essentiel", une marque pour soutenir les professionnels à l'arrêt à cause du Covid
Article rédigé par
France Télévisions

En colère contre l’appellation “non essentiel”, un intermittent du spectacle originaire d’Angers en a fait une marque. Les bénéfices sont reversés à une association qui aide les sans-abri. #IlsOntLaSolution

C’est un beau geste pour les professions estampillées “non essentielles” pendant cette crise du Covid. Benjamin Durocher, intermittent du spectacle à Angers, était en colère contre cette étiquette collée sur son activité, mais aussi sur celle des petits commerçants, des restaurateurs, des employés de salles de sport... Il a alors décidé de transformer son coup de gueule en marque de vêtement appelée "Non Essentiel”“J'ai vécu ça comme une violence car ça ne sont pas des termes anodins. “Non Essentiel”, si on parle en langage de la rue, ça veut dire “Tu sers à rien”, s'exclame le trentenaire.

Vous le voyez ce doux soleil ? ☀️ Les dernières nouveautés débarquent courant de cette semaine ! Au menu : t-shirt de...

Publiée par NonEssentiel sur Lundi 1 mars 2021

Une aide pour loger les sans-abri

La marque, dont les ventes ont décollé sur Internet, apporte du soutien moral aux professions à l’arrêt à cause de l’épidémie, mais pas que. Car Benjamin, dont la démarche "n'est pas motivée par l’argent", reverse les bénéfices à l’association “Toit à toi”, qui vient en aide aux sans-abris, d’autres oubliés de la crise. L’organisme fournit un logement pour les personnes dans le besoin, et les aide à trouver un travail. En attendant de pouvoir reprendre son métier d'éclairagiste auprès des artistes, Benjamin Durocher continuera d'éclairer les "non essentiels".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.