Solidarité : des garagistes aux petits soins des soignants

Le confinement ne doit pas faire rimer le chacun chez soi avec le chacun pour soi. Des élans de solidarité émergent partout en France, prenant des formes variées. En Savoie, un garagiste ne travaille plus que pour les soignants.

France 2

Le garagiste Julien Viel fait partie des professionnels autorisés à travailler malgré le confinement pôur lutter contre le coronavirus Covid-19. Dans cette période très particulière, il a décidé de se mettre au service des personnels de santé. Pour simplifier la vie de ses clients soignants, il n’hésite pas à se déplacer. Il parcourt chaque jour des dizaines de kilomètres pour aller chercher, puis rapporter les véhicules réparés.

“Le plus important, c’est de se rendre utile”

Difficultés : trouver des pièces détachées alors que beaucoup de fournisseurs sont fermés. Julien Viel ne facture que les pièces et la main-d’œuvre, pas le déplacement ni le prêt d’un véhicule de remplacement. “Ça me paie les frais de gazole et d’autoroute, mais c’est tout. Le plus important en ce moment, c’est de se rendre utile”, estime-t-il. Le garagiste s’est rendu disponible 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, pendant toute la durée du confinement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le confinement ne doit rimer avec le chacun chez soi. Des élans de solidarité émergent partout en France, prenant des formes variées. En Savoie, un garagiste ne travaille plus que pour les soignants.
Le confinement ne doit rimer avec le chacun chez soi. Des élans de solidarité émergent partout en France, prenant des formes variées. En Savoie, un garagiste ne travaille plus que pour les soignants. (France 2)