"Si je n'ai pas le bac, j'aurai trop la haine" : convoqués aux oraux de rattrapages, ils n'entendent pas laisser passer leur chance

C'est un record pour cette "édition coronavirus" : 91,5% des candidats au baccalauréat ont décroché le diplôme mardi. Seuls 40 000 jeunes peuvent tenter le repêchage d'ici vendredi.

Deux lycéennes dans un lycée du 16e arrondissement de Paris découvrent les résultats du baccalauréat, le 7 juillet 2020.
Deux lycéennes dans un lycée du 16e arrondissement de Paris découvrent les résultats du baccalauréat, le 7 juillet 2020. (MARTIN BUREAU / AFP)

Dans les couloirs du lycée Rodin, dans le 13e arrondissement de Paris, 47 candidats sont venus de plusieurs établissements parisiens pour passer les épreuves de rattrapage au baccalauréat. C'est un tiers de moins qu'en 2019, pour cette session exceptionnelle, qui s'est soldée par un taux de réussite record. Pandémie de Covid-19 oblige, les 740 000 candidats en France n'ont pas eu d'épreuve à passer pour valider leur diplôme : seules ont compté les notes des premier et deuxième trimestres pour la délivrance de l'examen.

>> Bac 2020 : découvrez les résultats par académie, ville et nom du candidat dans notre moteur de recherche

Était-ce un "bac bradé", comme certains le disent ? "Je trouve qu'il y a eu une forme d'injustice cette année", lâche Camélia, en série ES. Elle a choisi de rattraper la philosophie et les mathématiques. La jeune femme, très amère, ne décolère pas : "Il me reste 20 points à rattraper, mais je reste quand même assez énervée sur le fait qu'il y a eu des gens qui ont eu leur bac et que ce n'était absolument pas non plus mérité. Il y a des gens qui ne savent pas ce qu'est le PIB et ils ne sont pas aux rattrapages !"

"Le rattrapage, ce n'est pas si honteux que ça"

Assis sur leur chaise dans le couloir, en attendant leur tour, plusieurs candidats confient leur étonnement, voire leur surprise face aux résultats de cette année. Alors, n'allez pas dire à Amara que ce bac est donné. "Vous savez, il est donné à ceux qui se sont donné les possibilités de l'avoir, répond-il. Tout le monde sonne aux portes en disant qu'il a été donné, donné, donné... Mais bon, il y a quand même des personnes qui sont sur le bas-côté. On nous a rabâché 'si tu n'as pas ton bac alors que c'est donné avec les trimestres etc, ce serait une honte'. Passer au rattrapage, ce n'est pas si honteux que ça."

Dounia, elle, s'en voudrait de rater cette opportunité. En sortant de la salle, elle se dit qu'elle peut espérer décrocher le sésame. "Si je n'ai pas le bac, j'aurai trop la haine, réagit la lycéenne. Pour une fois, c'est vraiment une opportunité d'avoir le bac sans forcément se fatiguer". Mais elle reste un peu fataliste : "Si j'avais été prévenue que ce serait contrôle continu, je m'en serai donné les moyens mais là c'était une surprise, ce n'était pas prévu !"

Je comptais passer le bac au talent... Bien fait pour moi.Dounia, candidate au rattrapageà franceinfo

À quelques mètres, Maxime sort à peine du rattrapage d'espagnol. Une épreuve "faisable" mais "stressante" pour le jeune homme qui refuse de redoubler son année de terminale. L'an prochain, la réforme du lycée s'appliquera, et cela l'inquiète. "Je ne pensais pas me retrouver ici, mais je suis là et je vais essayer d'avoir le bac parce que sinon je serai bloqué, affirme-t-il. J'aurais pu redoubler si je ratais le bac, s'il n'y avait pas de réforme, mais à cause de cette réforme, je suis sûr que non."

Tous devront attendre vendredi 10 juillet pour être fixés. Exceptionnellement cette année, le verdict du rattrapage n'est pas rendu le jour même. C'est donc une douloureuse attente qui commence.

Bac : dans quel état d'esprit se trouvent les candidats au rattrapage ? Reportage d'Alexis Morel
--'--
--'--