Bac 2020 : le taux de réussite avant le rattrapage s'établit au niveau "record" de 91,5%, annonce le ministère de l'Education

Pour qu'aucun élève ne soit pénalisé par la fermeture de tous les établissements mi-mars et l'absence d'examen final, le ministère avait appelé à un "esprit de bienveillance".

Des lycéens consultent les résultats du bac dans la cour du lycée Jules Verne de Nantes (Loire-Atlantique), le 7 juillet 2020.
Des lycéens consultent les résultats du bac dans la cour du lycée Jules Verne de Nantes (Loire-Atlantique), le 7 juillet 2020. (MAXPPP)

Le baccalauréat "édition coronavirus" entre dans l'histoire. Le taux de réussite à l'examen qui marque la fin du lycée s'établit au niveau "record" de 91,5% avant la session de rattrapage, a annoncé mardi 7 juillet le ministère de l'Education nationale. Pandémie de Covid-19 oblige, les 740 000 candidats n'ont pas eu d'épreuve à passer pour valider leur diplôme : seules ont compté les notes des premier et deuxième trimestres pour la délivrance de l'examen. 

Bac 2020 : découvrez les résultats par académie, ville et nom du candidat dans notre moteur de recherche

Une fois ces règles connues, il a suffi aux lycéens de sortir leur calculette et d'appliquer les bons coefficients pour savoir, avant l'heure, s'ils avaient le bac du premier coup (avec une moyenne supérieure à 10/20), le rattrapage (avec une moyenne comprise entre 08 et 10/20) ou avaient échoué.

Le taux de réussite encore provisoire annoncé mardi est "en hausse de 13,7 points par rapport à celui de juin 2019", écrit le ministère de l'Education nationale dans son communiqué.

Les moyennes annuelles arrondies à l'unité supérieure

Pour qu'aucun élève ne soit pénalisé par la fermeture de tous les établissements mi-mars et l'absence d'examen final, le ministère avait appelé à un "esprit de bienveillance". Les moyennes annuelles ont par exemple été arrondies à l'unité supérieure.

Des jurys d'harmonisation ont eu accès aux notes des élèves, à leurs appréciations et aux éléments statistiques des lycées sur les trois dernières années, comme les résultats au bac ou le taux de mentions. Forts de ces données, ils pouvaient décider de "revaloriser la moyenne annuelle" d'un candidat.