Ryanair supprime 3 000 emplois pour "survivre" au coronavirus

Les pilotes et le personnel navigant seront les principaux concernés. La compagnie à bas coût précise que le plan porte sur 15% des effectifs totaux d'environ 19 000 personnes. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des avions de la compagnie Ryanair à l'aéroport de Francfort-Hahn en Allemagne, le 14 avril 2020.  (THOMAS FREY / DPA)

Nouveau coup de tonnerre dans le ciel européen. La compagnie à bas coût Ryanair va supprimer 3 000 emplois afin d'être en mesure de "survivre" à la crise du transport aérien qui met en danger l'ensemble du secteur, a déclaré sur la BBC (en anglais) le patron de la société Michael O'Leary, vendredi 1er mai. 

Le transporteur irlandais explique que seront concernés principalement les pilotes et le personnel navigant, et que le plan porte sur 15% des effectifs totaux d'environ 19 000 personnes. Ces suppressions d'emplois sont "le minimum dont nous avons besoin pour survivre les 12 prochains mois", a précisé Michael O'Leary. 

Si un vaccin contre le Covid-19 n'est pas trouvé et que le trafic ne revient pas à la normale, "nous pourrons avoir à annoncer davantage de suppressions dans le futur", a-t-il prévenu. Ryanair précise que ses vols seront à l'arrêt jusqu'au mois de juillet au moins et qu'il faudra attendre deux ans, soit l'été 2022, pour un retour à la normale.

Quelque 12 000 emplois supprimés chez British Airways 

Comme ses concurrents en Europe, Ryanair est frappé par la paralysie du transport aérien en pleine pandémie, qui prive les compagnies de recettes alors même que leurs coûts fixes restent énormes.

British Airways avait annoncé cette semaine la suppression de 12 000 emplois, soit plus du quart de ses effectifs. EasyJet a quant à elle renforcé ses finances avec un prêt de 600 millions de livres des pouvoirs publics. Et la compagnie Virgin Atlantic lutte pour sa survie, son fondateur Richard Branson demandant pour l'instant en vain une aide du gouvernement, si bien qu'il s'est mis à la recherche d'investisseurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.