QR code à l'entrée des commerces : l'idée ne fait pas l'unanimité

Les commerçants ne sont pas tous séduits par l'idée bientôt en test d'un QR code à l'entrée des établissements pour mieux tracer les cas contacts.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un téléphone scanne un QR code à l'entrée d'un magasin de Berlin (Allemagne), le 9 mars 2021. (JORG CARSTENSEN / AFP)

C'est une idée qui va être débattue entre corps professionnels et pouvoirs publics : mettre en place un QR code lié à l'application "TousAntiCovid", à scanner sur son téléphone avant d'entrer dans un restaurant, un cinéma ou chez le coiffeur. Ce système qui permettrait de prévenir les cas contact lorsqu'un client positif au Covid-19 a fréquenté l'établissement va bien être testé prochainement, assure le ministère de l'Économie. 

Bercy n'indique en revanche pas où ces tests vont être effectués. L'idée avait circulé que ce pourrait être dans les restaurants routiers ouverts mais face à la réaction épidermique de la profession, il a fallu faire marche arrière. "Les routiers ont un moment de liberté lors du déjeuner, ils n'ont pas envie qu'on sache où et avec qui ils sont", explique Patrice Clos, secrétaire général de FO Transport qui fait part de ses "remontées du terrain"

"Ce sera fait par qui ? Où vont les données ? Il y a plein de questions qui se posent."

Patrice Clos

à franceinfo

Face à ces inquiétudes, le gouvernement tente de rassurer et explique qu'il s'agirait seulement d'enregistrer les visites des clients sans collecte de données. Mais c'est déjà trop pour certains. "Chaque fois que vous sortez, vous êtes tracé et je n'ai pas envie que la Terre entière sache que je suis allée chez une esthéticienne", s'inquiète Régine Ferrère, présidente de la confédération de l'esthétique. "Si on engage ce processus avec des consommateurs, qui viennent s'échapper un peu, honnêtement je m'y opposerai", affirme-t-elle.

À l'inverse, l'idée du QR code séduit d'autres commerçants qui y voient un outil permettant d'accélérer leur réouverture. "C'est comme le cahier de rappel en fait", observe Hubert Jan, président de l'Umih restauration. "Il s'agirait tout simplement d'éditer à chaque service un QR code qu'on afficherait sur nos vitrines et que chaque client scannerait de façon à être en liaison avec l'application TousAntiCovid qui viendra lui signaler s'il a été en contact avec quelqu'un porteur du virus. Dès lors que ca vient simplifier notre travail, c'est positif", s'enthousiasme le restaurateur.

Hubert Jan précise que cet outil ne doit pas, selon lui, devenir "un passeport sanitaire qui nous obligerait à faire la sélection de nos clients à l'entrée de nos établissements".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.