Projets de vaccins contre le coronavirus : "Ce sont des données très importantes pour la mise au point du vaccin", se félicite une infectiologue

Deux projets de vaccins contre le Covid-19, un britannique et un chinois, ont produit une réponse immunitaire importante et démontré leur sûreté pour les patients. "Ces deux vaccins permettent que les gens qui les ont reçus fabriquent des anticorps qui sont dirigés contre le coronavirus", affirme Odile Launay sur franceinfo.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un chercheur travaille sur un projet de vaccin contre le coronavirus dans un laboratoire de Copenhague (Danemark), le 23 mars 2020. (THIBAULT SAVARY / AFP)

"Ce sont des données très importantes pour la mise au point du vaccin", estime mardi 21 juillet sur franceinfo Odile Launay, infectiologue à l'hôpital Cochin, à Paris, après les avancées annoncées de deux projets de vaccins contre le Covid-19, l'un britannique, l'autre chinois. "Ces deux vaccins permettent que les gens qui les ont reçus fabriquent des anticorps qui sont dirigés contre le coronavirus", note l'infectiologue, qui ajoute qu'"il faut réaliser des essais dans des pays où le virus circule de façon importante".

franceinfo : est-ce qu'il faut voir ces résultats comme un espoir ?

Odile Launay : Oui, ces résultats sont évidemment très importants. Depuis l'identification du virus au mois de janvier, de très nombreux laboratoires recherchent un vaccin. Pour la mise au point de ce vaccin, après des recherches qui sont faites chez l'animal, on réalise ce qu'on appelle les essais cliniques. On passe à l'évaluation de ces candidats vaccins sur des volontaires. Les résultats qui sont publiés ici sont des résultats de ce qu'on appelle l'immunogénécité. Ce qu'on cherche à montrer, c'est que le vaccin permet que les participants fabriquent des anticorps et c'est ce qui est publié dans ces résultats. Ces deux vaccins permettent que les gens qui les ont reçus fabriquent des anticorps qui sont dirigés contre le coronavirus.

Quelles sont les prochaines étapes ?

La question qui se pose maintenant, c'est de savoir si ces anticorps permettent d'éviter l'infection, ou de contrôler dans tous les cas l'infection, ou d'éviter des formes sévères.

Pour démontrer l'efficacité des vaccins, il faut réaliser des essais dans des pays où le virus circule de façon importante.

Odile Launay

à franceinfo

On va comparer le nombre d'infections, la gravité de l'infection chez des personnes qui ont été vaccinées et chez celles qui n'ont pas été vaccinées, mais qui ont reçu ce qu'on appelle un placebo, c'est-à-dire l'équivalent du vaccin, mais sans principe actif. Il y a plusieurs essais d'efficacité qui ont démarré, en particulier au Brésil, mais aussi en Afrique du Sud, au Mexique. La rapidité dépend évidemment de l'importance de la circulation du virus, mais on espère pouvoir avoir des premières données d'ici trois mois. Donc ce sont des données qui sont très importantes pour la mise au point et la mise à disponibilité du vaccin.

Mais n'y a-t-il pas aussi une forme de communication autour de ces avancées ?

Des études ont été lancées très rapidement. Là, on est sur quelques centaines de participants. Pour les phases 3, les essais d'efficacité, ce sont plusieurs dizaines de milliers de personnes. Mais avant de pouvoir vacciner en population générale ou dans les populations les plus à risque, il faut avoir tous les critères de sécurité. Et bien évidemment, même si le vaccin aujourd'hui est développé rapidement parce que l'épidémie le nécessite, ces critères, seront respectés avant qu'on puisse vacciner.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.