Places supplémentaires à l'université : "C'est intéressant, mais cela ne vient pas couvrir les besoins concrets de cette rentrée", indique la présidente de la Fage

Les 30 000 places supplémentaire annoncées par la ministre de l'Enseignement supérieur ne sont pas suffisant pour Orlane François car "ça fait des années qu'on a des augmentations d'effectifs très importantes".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Au sein de l'université de Mulhouse, le 5 mars 2020 (photo d'illustration). (THIERRY GACHON / MAXPPP)

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a annoncé que 30 000 places supplémentaires allaient être créées à l'université entre 2020 et 2022. "C'est intéressant, mais cela ne vient pas couvrir les besoins concrets et directs qu'on a sur cette rentrée 2020", a réagi vendredi 4 septembre sur franceinfo Orlane François, présidente de la Fage (Fédération des associations étudiantes).

"On a une véritable problématique parce que ça fait des années qu'on a des augmentations d'effectifs très importantes, indique la présidente de la Fage. Cette année où on a plus de 38 000 nouveaux arrivants dans l'enseignement supérieur, et ça fait des années que des places sont manquantes. Donc, cela ne vient pas couvrir les besoins concrets et directs qu'on a sur cette rentrée 2020."

Le nombre d'enseignants en université est également un problème. "Il y a un vrai manque. Ils sont en train de faire des heures supplémentaires de manière très importante. On a surtout besoin d'avoir un recrutement sur des postes de titulaires dans l'enseignement supérieur", a expliqué Orlane François.

Un présentiel nécessaire pour "éviter les décrochages"

La reprise des cours en présentielle est prévue pour cette rentrée. Une demande formulée pour la Fage qui a constaté de "nombreux décrochages d'étudiants qui ont mal vécu le confinement et ont eu du mal à rester accrocher à leurs enseignements." L'équipement des étudiants est également à prendre en compte. "On a vu pendant le confinement que beaucoup d'étudiants n'ont pas accès à un matériel personnel, n'ont pas une bonne connexion Internet", a expliqué Orlane François.

La Fage demande que des masques soient fournis et qu'il y ait une réflexion sur le nombre de personnes en amphithéâtre. "Il faut voir quelles mesures vont être mises en place pour assurer une sécurité sanitaire aux enseignants et aux personnels", indique la présidente de la Fage.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.