Martinique : des soignants opposés au pass sanitaire au CHU de l'île

Publié Mis à jour
Martinique : des soignants opposés au pass sanitaire au CHU de l'île
France 2
Article rédigé par
C. Sinz, S. Petitfrère, F. Marlin, S. Gravelaine - France 2
France Télévisions

Au CHU de Martinique, la crise sanitaire semble se transformer en fracture sociale. La tension monte entre le personnel vacciné et les non-vaccinés.

Lundi 25 octobre, 1 300 soignants se sont mobilisés pour dire non à la vaccination contre le Covid-19 obligatoire en Martinique. Des infirmières, des employés de pharmacie ainsi que des pompiers sont descendus dans les rues de Fort-de-France. Tous sont opposés au pass sanitaire. Pourtant, les contrôles aux portes de l'hôpital ont déjà disparu. En effet, depuis mercredi dernier, le pass sanitaire n'est plus obligatoire pour y entrer.

Des affrontements violents entre des antivaccins et la police

Les soignants non-vaccinés doivent se faire tester, mais peuvent travailler. Une mesure d'apaisement prise par la direction. "On a une énorme scission entre d'un côté les antivax, qui aujourd'hui ont vraiment libéré leur parole et peuvent avoir des discours assez agressifs, et les provax, qui avaient aussi un discours très agressif et qui sont maintenant un peu terrorisés", explique Benjamin Garel, directeur général du CHU de Martinique. Le 15 octobre, des affrontements violents ont opposé les antivaccins et la police devant l'hôpital. Seulement 20% du personnel du CHU est vacciné. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.