Cet article date de plus de deux ans.

Covid-19 : les cinémas à l’épreuve du pass sanitaire

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Covid-19 : les cinémas à l’épreuve du pass sanitaire
Covid-19 : les cinémas à l’épreuve du pass sanitaire Covid-19 : les cinémas à l’épreuve du pass sanitaire (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - L. Hakim, V. Gaget, R. Asencio, J.-M. Mier, L. Marques, J. Chouquet
France Télévisions

Depuis le 21 juillet, le pass sanitaire est requis pour se rendre dans des lieux accueillant plus de 50 personnes. Les cinémas sont concernés, ce qui semble avoir impacté leur fréquentation.

Après des mois de pandémie de Covid-19, certaines sorties ont été repoussées. Alors de nombreux films sont à l’affiche, mais l’affluence n’est pas totale. Dans un cinéma des Hauts-de-Seine, le film du moment, Kaamelott, est diffusé dans une salle de 400 places, loin d'être remplie. "On était trois. Je pensais qu'il y aurait plus de monde que ça", témoigne un cinéphile. "Un week-end, c'est inattendu", souffle un visiteur. La séance suivante n'est pas meilleure, avec moins de 20 personnes. Le directeur de l'établissement est catastrophé. "Vous en avez l'illustration, cette salle est vide, toutes les autres sont comme ça et les autres cinémas, pareil. On est vraiment à la peine", témoigne-t-il.

Une adaptation est nécessaire

Pour un film comme Kaamelott, c'est une chute vertigineuse. Ils étaient 320 000 spectateurs, mardi 20 juillet, pour l'avant-première et trois fois moins le lendemain, jour d'entrée en vigueur du pass sanitaire. Au total, c'est une baisse de 70%, et jusqu'à 92% de spectateurs sur certains films. À l'extérieur du cinéma, un personnel dédié est en place pour filtrer le pass. Plus de dépenses et moins de spectateurs, l'équation est impossible pour les cinémas. Certains établissements proposent des tests sur place pour garantir l'accessibilité des spectateurs, d'autres réduisent les jauges pour éviter le pass sanitaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.