Opposés à l'obligation vaccinale mais "pas antivax"... Qui sont les manifestants du "convoi de la liberté" qui font route vers Paris ?

Les premiers protestataires sont partis mercredi matin. D'autres convois prennent la route jeudi et vendredi. Tous ont rendez-vous dans la capitale, samedi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Dans un convoi pour Paris au départ de Bayonne, une pancarte proclame "nous sommes la liberté", le 9 février 2022. (GAIZKA IROZ / AFP)

Plein d'essence : fait. Bagages : faits. Itinéraire : fait. Sylvain de Rochettes doit se présenter "vers 9h30 ou 10 heures" sur le parking de la zone commerciale des Landes, à Saint-Gaudens (Haute-Garonne), jeudi 10 février. C'est de là que partira son "convoi de la liberté", direction Paris. Combien seront-ils comme lui au rendez-vous ? "Au moins une centaine, veut-il croire. J'en connais quelques-uns et il y a des noms qui s'ajoutent au fur et à mesure." En temps normal, il lui faudrait sept heures pour avaler les 770 kilomètres jusqu'à la capitale, via Toulouse, Limoges et Orléans. Pas cette fois. "Exceptionnellement, la route sera plus longue", explique cet entrepreneur de 36 ans, spécialisé dans le prototypage et l'impression 3D. "On va rouler les uns derrière les autres, on va faire des pauses régulièrement… On devrait arriver à Paris dans la journée de vendredi."

Si tout se passe bien, Sylvain de Rochettes apercevra la Tour Eiffel à travers son pare-brise quand Amaury Martelet se mettra à son tour en route, vendredi en fin de matinée. Son départ à lui est prévu de Charleville-Mézières, dans les Ardennes, où réside cet homme qui se définit comme engagé dans la préservation de l'environnement. Pendant ce temps, Marc Fouillot, chauffeur routier dans la région lyonnaise depuis 27 ans, sera encore en train de mettre les sacs de couchage et les couvertures dans le coffre. Lui et sa compagne, qui travaille dans l'immobilier, devraient se mettre en chemin "a priori vendredi". Toujours direction Paris.

"Ce n'est pas le convoi des antivax"

Sylvain, Marc, Amaury… Trois personnes originaires de trois régions différentes en France qui se retrouvent autour d'un même objectif : dire non aux mesures sanitaires mises en place par l'Etat pour endiguer l'épidémie de Covid-19. Pour Amaury Martelet, il s'agit de "retrouver nos libertés, restreintes par le gouvernement actuel", avec "notamment le pass vaccinal obligatoire qui est un acte liberticide, ce qui n'est pas le reflet d'une démocratie".

Pour autant, "nous ne sommes pas antivax ou fascistes comme certains aimeraient le faire croire", nous écrit un internaute qui ne souhaite pas être cité. Confirmation avec Marc. "Récemment, j'ai manifesté contre le pass vaccinal certains samedis à Lyon. C'est une mesure que je ne comprends pas. Mais c'est une personne qui est triplement vaccinée qui vous le dit. Ma compagne, comme moi, on est à jour sur nos vaccins, assure le camionneur. Mais ça n'empêche qu'on ne va pas au cinéma ni au restaurant. Montrer notre pass pour manger ou boire un verre, c'est impensable."

Pas d'amalgame non plus, prie Sylvain de Rochettes qui insiste sur le fait que le "convoi de la liberté", qui est en train de prendre forme, "ce n'est pas le convoi des antivax". "Je ne suis pas< contre le vaccin, je suis contre l'obligation vaccinale, le côté systématique", résume l'entrepreneur qui se positionne "à gauche".

"Moi j'imagine un mouvement à la José Bové à l'époque. Pacifique, sans violence, à base de dialogue."

Sylvain de Rochettes

à franceinfo

"Il s'agit d'un mouvement pacifiste. Bienveillance et solidarité entre citoyens sont les maîtres-mots, aucune dégradation n'est envisagée par ce mouvement", selon Amaury Martelet. Marc Fouillot ne dit pas autre chose : "Avant d'être un routier, je suis un citoyen. Je n'ai envie de bloquer personne. J'ai lu qu'on allait empêcher les gens de manger ou de faire leurs courses, mais ça ne va pas ! Vous savez ce que je faisais lors du premier confinement en mars 2020 ? Je ravitaillais les enseignes alimentaires…"

"Les images du Canada, ça m'a fait quelque chose"

La mobilisation, inspirée du mouvement canadien "Freedom Convoy 2022" ("Convoi de la liberté 2022"), rappelle les prémices du mouvement des "gilets jaunes" en France à la fin 2018. Elle prend, elle aussi, ses racines sur les réseaux sociaux. Au volant de son camion, il est d'ailleurs arrivé à Marc Fouillot de klaxonner à l'approche d'un rond-point, "à l'époque", "pour encourager tous ceux qui étaient mobilisés".

Pour lui, le déclencheur, cette fois, "ça a été le Canada". "Quand j'ai vu les images des collègues routiers là-bas, à Ottawa, ça m'a fait quelque chose. C'était fort en émotion de voir tout ce monde, tous ces camions les uns derrière les autres." Alors ce routier de 51 ans s'est inscrit sur le groupe Facebook "Le Convoi de la liberté", "quasiment à sa création. C'était la semaine dernière et on était 5 ou 6 000 à l'époque." Cette même page regroupait 305 000 membres, mercredi midi. On s'y échange des cartes, des itinéraires, des bons plans pour se loger en route. Comme l'annonce ci-dessous, postée par une internaute installée à Annecy, en Haute-Savoie. Pour le confort, certains conseillent de ne pas être plus de deux dans les véhicules, d'autres ont décidé de sortir leur camping-car.

Capture d'un écran d'un post proposant une solution d'hébergement dans le cadre du "convoi de la liberté". (FACEBOOK)

Pour combien de temps partent-ils ? "Chaque participation, même partielle, a toute son importance", répond Amaury. Sylvain, lui, ne sait "pas encore". "Entre trois ou quatre jours, pense Marc Fouillot qui a posé exprès des congés. Mon patron, qui est au courant, m'a dit de faire attention". Marc Fouillot veut "vivre l'aventure comme elle vient". Pour dormir, il a "quelques contacts en région parisienne", mais en réalité, c'est Bruxelles qu'il vise. "Ceux qui le souhaitent" peuvent rejoindre la Belgique, dimanche, pour une "convergence européenne" prévue lundi. En plus des manifestants français, des convois partis d'Autriche, de Hongrie, du Portugal, des Pays-Bas, d'Italie ou encore de Croatie pourraient se retrouver à Bruxelles. "Vous verrez, c'est là que ça va surtout se passer", prévient le chauffeur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.