"On est débordés" : à Toulouse, les médecins alertent sur le nombre de consultations non justifiées pour suspicion de coronavirus

Dès l'apparition de troubles ORL, les établissements scolaires préfèrent désormais renvoyer les élèves chez eux par peur qu'ils soient atteints du Covid-19. Mais il s'agit souvent d'un virus saisonnier classique, alertent les médecins généralistes.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le cabinet d'un médecin généraliste (Photo d'illustration). (JEAN-FRAN?OIS FREY / MAXPPP)

Avec la crainte d'une reprise de l'épidémie de coronavirus, les écoles toulousaines ne prennent aucun risque et, au moindre nez qui coule, appellent les parents. C'est ce qui est arrivé à John dont la fille est scolarisée dans le quartier Croix de Pierre, proche des quartiers populaires du Mirail. "Dès qu'il y a une petite poussée de fièvre, ils appellent les parents pour qu'on vienne les récupérer à l'école tout de suite. Même si on travaille, pour eux, il n'y a pas d'autre solution". Le médecin a rassuré John, sa fille a "le petit virus qui a habituellement à cette période, ce n'était pas le Covid"

"Vérifier que tout va bien" 

Même scénario pour Sénébou, dont le fils ne se sent pas bien depuis quelques jours : "Les enfants ont mal à la tête, ils sont fatigués. On appelle les parents pour venir les chercher. Comme il y a le coronavirus, c'est pour vérifier avec le médecin que tout va bien." 

Christian, médecin généraliste dans ce quartier populaire de Toulouse est débordé. "Les instituteurs institutrices, demandent aux parents si l'enfant présente le moindre signe d'infection ORL de faire un passage chez le médecin pour qu'il y ait un dépistage." 

Le temps change et actuellement, on assiste à des rhumes qu'on pouvait voir les années précédentes et qui n'inquiétaient personne.

Christian, médecin généraliste à Toulouse

à franceinfo

"On est débordés. Pour l'instant, je fais face. Je ne sais pas combien de temps je vais tenir comme ça", prévient Christian. Les médecins demandent aux autorités de ne pas paniquer inutilement les parents pour de simples rhumes ou rhinopharyngite.

Les pédiatres débordés : le reportage à Toulouse de Stéphane Iglésis
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.