Oiseaux : avec le confinement, la nature reprend ses droits, même en ville

C'est un doux bruit qu'on avait presque oublié : le chant des oiseaux dans les villes. Le silence qui s'est abattu sur nos villes nous permet-il de mieux tendre l'oreille ?

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Dans nos villes endormies à la suite du confinement lié au Covid-19, les oiseaux se sont réveillés. Ils brisent le silence, pour le plus grand bonheur de Wassil Jalal, 13 ans. Depuis la fenêtre de sa chambre près de Lille (Nord), il photographie des espèces qu'il n'avait jamais observées.

Apprendre à écouter les oiseaux

"Je ne m'attendais surtout pas à le voir (un rougequeue noir), mais quand je l'ai vu, je ne me suis pas posé la question, je suis parti chercher l'appareil. C'est un migrateur qui revient en mars. Le voir dans le jardin, en ville, ce n'est pas normal", explique l'adolescent. Avec le confinement, les voitures ont déserté son quartier. Écouter les oiseaux et apprendre à les reconnaitre devient une activité familiale. Wassil Jalal recense ensuite ses observations sur le site de la ligue pour la protection des oiseaux. Les scientifiques, eux, ne se contentent pas d'observer. Ils tentent de comprendre les effets du confinement sur les oiseaux.

Mésange charbonnière dans le parc naturel forestier de la Poudrerie (Seine-Saint-Denis).
Mésange charbonnière dans le parc naturel forestier de la Poudrerie (Seine-Saint-Denis). (AFP)