Nouvelle application contre le Covid : indispensable pour "retrouver pour Noël une vie un peu plus sereine", selon le professeur Amouyel

Le médecin reconnaît qu'il ne sait pas si l'application de traçage téléchargée plus massivement chez nos voisins euorpéens a fait ses preuves mais il est convaincu qu'"on gagnerait énormément d'efficacité dans le blocage de la progression du virus" si les gens jouaient le jeu.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les outils de tracing pour stopper le Covid-19 (photo d'illustration). (JOEL SAGET / AFP)

Jeudi 22 octobre sort la nouvelle application du gouvernement Tous Anti-Covid pour endiguer l'épidémie de coronavirus. Après l'échec de la précédente, StopCovid, peu téléchargée et qui n'a permis que 500 signalements, les autorités espèrent convaincre le public. "Si on pouvait identifier" les cas contact "plus rapidement et que chacun puisse le faire, on gagnerait énormément d'efficacité dans le blocage de la progression du virus", a affirmé le professeur Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille sur franceinfo. Le médecin a estimé qu'elle serait très utile pour espérer "retrouver pour Noël une vie un peu plus sereine".

franceinfo : D'abord, en quoi est-ce qu'un téléphone est utile pour lutter contre l'épidémie ?

Philippe Amouyel : Vous savez que pour lutter contre l'épidémie, on a les mesures barrières, on a les mesures de confinement. Mais on a également une systématique qui consiste à tester les gens, les tracer et les isoler. Or, à un moment, il faut pouvoir les tracer. Actuellement, c'est fait par des plateformes, des caisses d'assurance maladie et par les ARS. Mais ce qui serait bien, c'est que les gens nous aident à tracer en téléchargeant cette application pour aider les personnes qui sont à un endroit donné à repérer les cas positifs qui pourraient être tout autour d'eux. Cela permettrait également de réduire la charge de ce tracing et de savoir exactement ce qui se passe quasiment en temps réel.

Mais comment expliquer l'échec, le fiasco de StopCovid ?

Je crois que les Français sont quand même noyés sous un volume incroyable d'informations et que l'application StopCovid est arrivée dans ce contexte avec des délais pas forcément raisonnables, des discussions autour d'Apple et de Google. On était dans une phase où certains de mes confrères disaient : "Mais c'est fini, l'épidémie a disparu. Il n'y aura pas de deuxième vague". On a été contre ces dispositions. On savait qu'il pouvait y avoir une deuxième vague et malheureusement, elle est en train d'arriver. Ce que l'on peut espérer, c'est que face à ce constat de progression dans les hôpitaux, dans les services de réanimation, les Français puissent télécharger cette nouvelle application Tous Anti-Covid et nous aident justement à tracer et à bloquer la progression.

Cette méfiance n'a pas disparu pour autant. Comment convaincre les Français ?

Je pense qu'il va y avoir un exercice d'explication à faire et un art de convaincre qu'il va absolument falloir appliquer. Les Français sont bombardés de décisions. Il faut en montrer l'intérêt et il faut montrer que c'est pour la santé publique générale parce que l'on est en train de passer à une phase relativement lourde d'infection. Or, si on veut continuer à retrouver, espérons-le pour Noël une vie un peu plus sereine, il va falloir qu'on applique les mesures barrières et les outils de tracing de manière systématique.

Est-ce qu'une telle application a déjà fait ses preuves dans d'autres pays ?

Alors ses preuves, je n'en sais rien. Mais elle a été téléchargée, par exemple en Allemagne ou en Angleterre, par plusieurs millions de personnes. Près de 20 millions de personnes en Allemagne, où il y a eu beaucoup moins de méfiance. Alors bien sûr, il faut protéger la vie privée. Mais si, dans la mesure où on a une idée des gens qui sont positifs, on pouvait les identifier plus rapidement et que chacun puisse le faire, on gagnerait énormément d'efficacité dans le blocage de la progression du virus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.