Municipales : avec l’épidémie, une campagne électorale à minima

Les candidats avaient jusqu’au mardi 2 juin pour déposer leurs listes pour le second tour des municipales, qui aura lieu le 28 juin. En raison de l’épidémie, il n’y aura pas de meetings.

FRANCE 2

En plein crise sanitaire, pour mener la campagne électorale pour le second tour des municipales qui aura lieu le 28 juin, il faudra être ingénieux. À Châtillon, dans les Hauts-de-Seine, le candidat LR Jean-Paul Boulet veut une campagne vivante malgré tout. "Ce qu’il faut que l’on réussisse à faire, c’est avoir la possibilité de faire des visioconférences qui pourraient se substituer à nos réunions", indique-t-il.

Masque de protection et lavage des mains

Fini le porte à porte et les meetings pour la candidate PS. Nadège Azzaz a trouvé une autre parade : le vélo. "Cela permettra d’être visible et de montrer nos propositions aux habitants et surtout de leur dire que le 28 juin, il y a un deuxième tour", explique-t-elle. Un deuxième tour, oui, mais avec des règles très strictes. Il faudra porter un masque de protection, se laver les mains au savon ou avec du gel hydroalcoolique et respecter 1,50 m entre chaque personne. Les assesseurs et les scrutateurs devront porter un masque chirurgical toute la journée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans un bureau de vote à Lyon, le 15 mars 2020, pour le premier tour des élections municipales.
Dans un bureau de vote à Lyon, le 15 mars 2020, pour le premier tour des élections municipales. (JEFF PACHOUD / AFP)