Municipales : à Châtillon, les candidats tentent de se jouer du coronavirus

Plus de 16 millions d’électeurs sont concernés par le second tour des élections municipales. Iront-ils voter le 28 juin en pleine épidémie de coronavirus ? Pour les candidats, c’est aussi une campagne atypique qui démarre.

franceinfo

Pour ce redémarrage de la campagne municipale, à Châtillon (Hauts-de-Seine), le candidat LR Jean-Paul Boulet doit refaire l’ensemble des affiches. Son équipe cherche à rendre sa campagne vivante malgré l’épidémie de coronavirus : visioconférence, phoning... Sa rivale socialiste Nadège Azzaz a trouvé une solution sûre : les vélos qui tirent des charrettes sur lesquels se dressent le portrait de la candidate et ses propositions pour la ville.

"Sans doute pas une priorité"

"Je n’irai pas du tout voter", assure un électeur alors qu’une autre indique "ne pas voir peur". "Ce n’est sans doute pas une priorité aujourd’hui pour les Français qui redoutent une crise économique", estime Bernard Sananès, président de l’institut d’études ELABE. Par ses conditions et sans doute son taux d’abstention, ce scrutin sera inédit sous la Ve République.

Le JT
Les autres sujets du JT
A Châtillon, la campagne électorale se fait à vélo
A Châtillon, la campagne électorale se fait à vélo (FRANCEINFO)