Montpellier : forte mobilisation pour un jeune SDF verbalisé trois fois pour non-port du masque anti Covid-19

Alexandre, 19 ans, était convoqué au tribunal vendredi pour une ordonnance pénale. L’humoriste montpelliérain Rémi Gaillard avait réuni une trentaine de soutiens, notamment politiques. Il a également lancé une cagnotte pour payer les amendes du jeune-homme.

Article rédigé par
Avec France Bleu Hérault - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Alexandre (à gauche), jeune SDF de Montpellier, verbalisé plusieurs fois pour non port du masque sanitaire contre le Covid-19. (RICHARD DE HULLESSEN / MAXPPP)

Plusieurs personnalités et élus ont apporté leur soutien à Montpellier pour un sans-abri âgé de 19 ans verbalisé plusieurs fois pour non-port du masque, rapporte France Bleu Hérault. Alexandre, le jeune SDF était convoqué vendredi 9 avril au tribunal de Montpellier, dans le cadre d'une ordonnance pénale, pour de ne pas avoir porté de masque anti Covid-19 à trois reprises depuis le début de la crise sanitaire.

Rémi Gaillard et Zinedine Zidane

L’humoriste montpelliérain, Rémi Gaillard, s'est déplacé devant le Palais de justice avec une trentaine de personnes : l’élue d’opposition à la mairie de Montpellier, Clothilde Ollier, mais aussi des élus du groupe municipal de Philippe Saurel, de La France insoumise et quelques membres de l’association Sakado qui vient en aide aux SDF à Montpellier.

Rémi Gaillard a pris fait et cause pour Alexandre dès le début des verbalisations en décembre dernier. Il s’est fait l’écho sur les réseaux sociaux de la garde à vue du jeune sans-abri et du placement de son chien à la SPA. Il a obtenu le soutien du footballeur du MHSC Andy Delort et un coup de téléphone, dit-il, de Zinedine Zidane pour la cagnotte qu’il a organisée afin de payer les 645 euros d’amendes cumulés du jeune SDF.

L'ordonnance pénale annulée

Selon l’avocat d'Alexandre, le président du tribunal a décidé qu’il n’y aurait pas d’ordonnance pénale et a demandé au procureur de la République un autre mode de poursuite. Soit une convocation devant le tribunal correctionnel, soit un rappel à la loi. Maître Gaspard Cuenant veut y voir le résultat de "la médiatisation qu’il y a eu sur cette affaire-là", di-il à France Bleu Hérault. Selon lui, on ne peut pas "condamner et mettre des peines d’amendes aux plus pauvres parce qu’ils sont plus pauvres".

Le jeune sans-abri a été invité sur C8 dans l’émission de Cyril Hanouna, "Touche pas à mon poste" cette semaine. À la suite de son passage à la télévision, il s’est vu proposer un logement à Puteaux (Hauts-de-Seine) et un poste de livreur en CDI.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.