Masque en extérieur : une mesure qui divise

Le port du masque en extérieur se généralise. Après Lille (Nord), Nice (Alpes-Maritimes), Orléans (Loiret) ou Tours (Indre-et-Loire), des dizaines d’autres villes, grandes ou petites, ont décidé de l’imposer. À l’image d’Étretat (Seine-Maritime), où le masque est obligatoire même sur la promenade, ce qui créé quelques tensions. 

FRANCE 2

Sur la promenade d’Étretat, en Seine-Maritime, le ton monte entre deux passants. Un homme vient de demander à une femme de mettre son masque, ce qui énerve passablement cette dernière. Difficile de faire respecter la règle dans la commune, où depuis vendredi 31 juillet, le port du masque est obligatoire sur le front de mer et dans les rues du centre-ville. Des panneaux ont été installés, mais l’information a encore du mal à passer. Deux jeunes, qui se sont fait rappeler à l’ordre, assurent qu’ils n’avaient pas connaissance de la mesure. 

Une mesure qui vise à ne pas "retomber dans un confinement"

La décision a été prise par la mairie face à l’afflux de touristes. Le petit village de Normandie et ses célèbres falaises accueillent chaque année plus d’un million de visiteurs, et dans ces conditions, il est parfois difficile de faire respecter les règles de distanciation sociale. "On voulait tout simplement que les gens respectent ces mesures, qui sont des mesures d’hygiène, prises pour éviter de retomber dans un confinement", rappelle le maire PS de la ville, André Baillard. Seule exception, le masque n’est pas obligatoire sur la plage.

Le JT
Les autres sujets du JT
Masque en extérieur : une mesure qui divise
Masque en extérieur : une mesure qui divise (FRANCE 2)