Coronavirus : les violences se multiplient autour des masques de protection

Le port du masque suscite des violences. Mardi 11 aout à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), une infirmière a été passée à tabac par deux adolescents à qui elle demandait de mettre un masque de protection.

France 2

L'agression a eu lieu mardi 11 aout à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) en pleine après-midi. A bord d'un bus, une jeune infirmière demande poliment à trois adolescents de bien vouloir porter leur masque. "J'ai eu une réponse qui était chargée d'une flopée d'insultes et de menaces de mort et viol", explique la victime de l'agression.

Des agresseurs interpellés

En repoussant de la main l'un des jeunes, l'un de ses agresseurs lui a mis une gifle avec "une bonne partie de sa force". "J'ai été complètement sonnée et ils s'en sont donné à cœur joie. J'ai reçu des coups de pied en plein visage, des coups de pied dans le ventre. J'aurais pu mourir parce qu'ils sautaient littéralement à pieds joints sur ma cage thoracique et mon visage", confie-t-elle. Hospitalisée et très choquée, la jeune femme s'est vu prescrire cinq jours d'ITT. Deux des trois agresseurs présumés sont interpellés par des agents municipaux à leur sortie du bus.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le port du masque est obligatoire dans les rues de Locronan (Finistère), comme ici le 10 août 2020.
Le port du masque est obligatoire dans les rues de Locronan (Finistère), comme ici le 10 août 2020. (FRED TANNEAU / AFP)