Loire-Atlantique : un respirateur artificiel simplifié et moins coûteux pour aider les hôpitaux

Un jeune ingénieur a eu l’idée de créer, avec 150 personnes, un respirateur artificiel, dix fois moins cher que les autres. Et comme le but est de sauver des vies, ses plans vont être laissés en libre-accès.

France 2

Ils travaillent jour et nuit depuis un mois sur un projet un peu fou : des respirateurs artificiels à des prix défiants toute concurrence. Ces ingénieurs nantais se sont associés à des bénévoles spécialistes de l’impression 3D pour fabriquer cette machine. "On simule un patient atteint du coronavirus, et donc nous avons mis différents paramètres sur la machine", explique Baptiste Jamin, le cofondateur du respirateur Makair.

Des pièces imprimées en 3D

Pour faire face au manque de respirateurs, le collectif voulait un appareil facilement reproductible. Les plans sont en libre accès, toutes les pièces peuvent être imprimées en 3D et les batteries se trouvent dans le commerce. Coût de ce respirateur simplifié : 1 000 euros environ, contre 30 000 euros pour un modèle industriel. Mais elle n’est pas fonctionnelle pour tous les patients.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un jeune ingénieur a eu l’idée de créer, avec 150 personnes, un respirateur artificiel, dix fois moins cher que les autres. Et comme le but est de sauver des vies, ses plans vont être laissés en libre-accès.
Un jeune ingénieur a eu l’idée de créer, avec 150 personnes, un respirateur artificiel, dix fois moins cher que les autres. Et comme le but est de sauver des vies, ses plans vont être laissés en libre-accès. (France 2)