Liban : manifestations dans plusieurs villes contre le confinement et la crise économique

Le Liban est englué dans sa pire crise économique depuis des décennies et connaît, depuis fin décembre, une propagation exponentielle du coronavirus.

 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants contestent le confinement à Tripoli au Liban, le 29 janvier 2021. (HUSSAM SHBARO / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le soulèvement continue. De violents heurts ayant fait un mort et plus de 400 blessés secouent depuis plusieurs jours la métropole de Tripoli, dans le nord du Liban. Des manifestants dénoncent les répercussions économiques du confinement imposé pour endiguer la propagation du coronavirus. Des sit-in ponctuels ont été organisés samedi 30 janvier dans plusieurs régions du pays, indique L'Orient-Le Jour. Les différents mouvements de contestation ont eu lieu notamment à Minié, Baalbeck et Hasbaya.

Un confinement très strict

Un premier confinement, entre mars et juin 2019, a poussé près d'un Libanais sur trois au chômage, selon le Programme alimentaire mondial (PAM). Face à l'ampleur de la crise sanitaire, le gouvernement a imposé, depuis le 14 janvier, un confinement strict, accompagné d'une fermeture des commerces, qui peuvent uniquement livrer à domicile. 

Le Liban est englué dans sa pire crise économique depuis des décennies, avec une dépréciation inédite de sa monnaie, une hyperinflation, des licenciements massifs et des restrictions bancaires drastiques. Résultat, plus de la moitié de la population se retrouve sous le seuil de pauvreté, selon l'ONU, et la part vivant dans l'extrême pauvreté a explosé, passant de 8% à 23%. En 2020, le produit intérieur brut (PIB) a chuté de 25% et les prix ont bondi de 144%, selon le Fonds monétaire international (FMI). 

L'explosion au port de Beyrouth le 4 août a été la tragédie de trop pour des Libanais éreintés, qui dénoncent l'inertie, la corruption et l'incompétence du pouvoir face à une avalanche de crises. Le pays est sans gouvernement depuis août, faute d'entente entre les principaux partis, malgré les pressions locales et internationales.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.