L’état d’urgence sanitaire examiné par l’Assemblée nationale

L’Assemblée nationale va reprendre ses travaux dans un format "restreint". La "démocratie doit continuer à vivre", a déclaré le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand.

FRANCE 2

L’Assemblée nationale restera l’Assemblée nationale. Selon l’éditorialiste politique de Franceinfo Daïc Audouit, qui cite les propos du président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, "la démocratie doit continuer à vivre". "Cela veut dire qu’il faut qu’il y ait un débat, une opposition et une différence d’idées qui doivent s’exprimer", note le journaliste. "Alors dans un contexte particulier : il y aura qu’un peu plus de 20 députés dans l’hémicycle, réparti un par un, à travers les travées, pour respecter les conditions de sécurité sanitaire. Il n’y aura pas de théâtre politicien", ajoute Daïc Audouit.

Le contrôle démocratique en question

Jeudi 19 et vendredi 20 mars, les députés vont ainsi examiner le projet de loi d’état d’urgence sanitaire. Le Parlement sera informé des décisions mais ne pourra décider à proprement parler de continuer ou non l’état d’urgence sanitaire qu’au bout de 12 jours d’application. Or, cet état d’urgence va restreindre les libertés individuelles, ce qui pose la question du contrôle démocratique.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'assemblée nationale à Paris, le 20 février 2019 (photo d\'illustration).
L'assemblée nationale à Paris, le 20 février 2019 (photo d'illustration). (PHILIPPE LOPEZ / AFP)