Les masques sont-ils vraiment vendus moins cher en Espagne et en Suisse qu'en France ?

Des publications très partagées sur les réseaux sociaux prétendent que les prix des masques sont plus élevés en France que dans d’autres pays, comme l’Espagne ou la Suisse. Or cette comparaison n’a aucun sens.

Article rédigé par
Louis Mondot - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des publications très partagées sur les réseaux sociaux prétendent que les prix des masques sont plus élevés en France que dans d’autres pays, comme l’Espagne ou la Suisse. (COPIE D'ECRAN FACEBOOK)

De nombreuses publications relayées sur les réseaux sociaux comparent le prix des masques en France avec les tarifs dans d’autres pays. Elles laissent penser que les prix ne sont pas aussi bien encadrés en France.

L’une d'entre elle évoque 96 centimes d'euro le masque en Espagne et 80 centimes en Suisse, contre cinq euros pour la France. Mais pour parler des prix il faut savoir de quel type de masque on parle et quelle réglementation s’applique. La cellule Vrai du Faux vous explique.

En Suisse, un prix indicatif de 94 centimes d’euro

La Suisse, qui n’a pas imposé le port général du masque, a recommandé un tarif pour la vente de ses masques à usage unique. Le Surveillant des prix a évoqué un prix indicatif à l’unité autour d’un franc suisse, soit environ 0,94 euro. Selon le site du journal suisse Le Temps, les masques sont vendus à prix coûtant dans les grandes surfaces. La boîte de 20 masques coûte 19,70 francs suisses (18,6 euros), soit l’équivalent d’un peu plus d’un euro l’unité.

Mais certains revendeurs ne se gênent pas pour proposer des tarifs différents, notamment sur internet. La Fédération romande des consommateurs a d’ailleurs déploré jeudi 29 avril que “les autorités [n’aient] pas donné suite à nos demandes de fixer un prix plafond contraignant”, voyant dans ces variations de tarifs un “flou susceptible de léser des consommateurs”.

En Espagne, un prix maximal de 96 centimes d’euro

Pour l’Espagne, il faut faire la distinction entre deux types de masques : chirurgicaux ou hygiéniques. Seuls les premiers ont un tarif réglementé. Le 23 avril, le gouvernement (lien en espagnol) a fixé un prix maximal de 96 centimes d’euro l’unité, entré en vigueur dès le lendemain.

Les masques hygiéniques, dont certains sont réutilisables comme les masques grand public vendus en France, n’ont pas encore de tarif encadré. Une prochaine réunion de la Commission interministérielle des prix des médicaments doit se pencher dessus, selon le ministère de la Santé espagnol. En termes de durée d’utilisation, ces deux types de masques sont comparables à ceux utilisés en France : quatre heures maximum.

En France, les masques à cinq euros sont réutilisables

Pour comparer avec la Suisse ou l'Espagne, il faut donc regarder les tarifs des masques à usage unique. Or la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, a annoncé vendredi 1er mai sur RTL que “le prix des masques en papier à usage unique de type chirurgical sera plafonné” à 95 centimes d’euro la pièce. La France impose donc le même tarif que ses voisins.

Concernant les masques à cinq euros cités par la publication virale sur Facebook, il s'agit en fait du prix indicatif évoqué par la Confédération des buralistes, qui vendent des masques grand public depuis le 30 avril. La Confédération précise qu’il s’agit de masques lavables, normés et réutilisables 15 fois, toujours dans la limite de 4 heures par utilisation. Soit un coût d’utilisation de 35 centimes.

Pour le moment, le gouvernement ne prévoit pas de réguler les tarifs de ces masques "grand public", mais “un arrêté de plafonnement sera pris" en cas de “dérive sur les marges”, a toutefois prévenu Agnès Pannier-Runacher.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.