"Les câlins c'est déjà limite, alors les bisous c'est non" : ces familles qui tentent de concilier Noël et recommandations sanitaires

La recommandation du gouvernement pour le repas du réveillon était de ne pas dépasser les six adultes à table et de se tenir à distance, avec masque le plus possible.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Noël 2020 et les fêtes de fin d'année, contrariés par les mesures sanitaires dues à l'épidémie de Covid-19. Photo d'illustration. (CEDRIC MERAVILLES / MAXPPP)

Dans la famille de Véronique et Alexandre, quatre adultes et un enfant ont fêté ensemble à Paris le réveillon de Noël du 24 décembre. La jauge conseillée par l'exécutif est respectée. En revanche, difficile de maintenir toutes les mesures sanitaires, quand on se retrouve en famille. Il y a l'irrésistible câlin de Baptiste, 10 ans, qui se jette dans les bras de son grand-père : 

Les mois précédents, je n'ai pas pu faire de câlins à mon grand-père. C'est le plus fort de tous les cadeaux de Noël.

Baptiste, 10 ans

à franceinfo

Baptiste et ses parents ont fait un test avant ce réveillon. Ils sont négatifs, mais le garçon sait bien que cela ne suffit pas : "On n'est pas certain que ce soit très fiable, donc pas de bisous. Quand même les câlins c'est déjà limite, alors les bisous non, j'ai pas envie de prendre de risques". Gérard, le grand-père de 72 ans, est bien d'accord et a pris de bonnes résolutions : "Garder le masque, être éloignés les uns des autres, ne pas toucher la même chose. Ce qui compte c'est d'être ensemble."

Difficile de lutter contre les automatismes

Ils s'installent en effet à distance sur le canapé. Mais peu à peu, les masques tombent. Et quand Véronique, sa fille, apporte les amuse-gueules, surgit une grosse interrogation :

"Je viens de faire les toasts de saumon avec les doigts. Normalement, on n'est pas bon. Comment on fait ?"

Véronique

à franceinfo

"J'ai dit que je décortiquais les crevettes pour tout le monde", raconte Véronique, "Et puis, à un moment donné, j'ai touché ma bouche avec les doigts et ensuite j'ai continué à décortiquer les crevettes. Le naturel, il revient tout de suite..." De petits couacs sanitaires très vite oubliés lors du déballage des cadeaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.