Le trafic de drogues a chuté entre 30 et 40% pendant le confinement, selon Christophe Castaner

Le ministre de l'Intérieur a cependant mis en garde contre l'ancrage de "nouvelles pratiques", comme la livraison de drogue à domicile.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une tonne d'herbe de cannabis saisie dans un camion sur l'autoroute A36, le 11 mai 2020, par les services des Douanes de Besançon (Franche-Comté). (MAXPPP)

Certains dealeurs sont vraisemblablement restés chez eux. Les services chargés de la lutte anti-drogues estiment que le confinement mis en place pour lutter contre la pandémie de Covid-19 a provoqué une diminution des trafics compris entre 30 et 40%, a déclaré vendredi 15 mai le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

>> Suivez toute l'actualité sur le déconfinement en direct avec franceinfo

"Durant le confinement, les trafics ont été fortement touchés et on estime qu'ils ont diminué de 30 à 40%", a affirmé le ministre qui a cependant mis en garde contre l'ancrage de "nouvelles pratiques", lors d'une conférence de presse, au siège de l'Office anti-stupéfiants (Ofast), à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Christophe Castaner fait notamment référence au développement de la culture de cannabis à domicile et à "l'ubérisation" des trafics renforcées par les réseaux sociaux, à savoir les commandes et livraisons à domicile de drogues. "L'ingéniosité criminelle n'a pas diminué."

Des rivalités entre malfaiteurs ressurgissent

Les 55 jours de confinement qui ont provoqué une contraction du marché des stupéfiants ont pu aiguiser les rivalités entre trafiquants, ce qui a pu "réveiller ou exacerber" certaines guerres de territoires. Ainsi, à Rennes (Ille-et-Vilaine), l'agression d'un trafiquant au mois d'avril a provoqué trois tentatives de règlements de comptes, qui se sont soldées par huit interpellations par la police.

Reste que comme le montrent de récentes saisies de cannabis, les trafiquants ont continué de vouloir importer de volumineuses cargaisons de drogues. Ainsi, dans la nuit du 23 au 24 avril, les douanes ont mis la main sur 645 kg de cannabis dans un camion, en région lyonnaise.

Mardi, toujours dans la grande agglomération lyonnaise, ce sont deux véhicules "go-fast" qui ont été interceptés par la police qui ont découvert 430 kg de cannabis et 10 kg de cocaïne, témoignant d'une volonté de reprise rapide des approvisionnements.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.