Le mot de l'éco, France info

Le mot de l'éco. Covid-19 : une crise économique plus dure qu'en 1929 ?

Le "mot de l’éco" cette semaine, c’est crise, la crise économique entraînée par l’épidémie de coronavirus et qui n’est désormais plus une menace mais une réalité.

Dans le quartier d\'affaires de la Défense, le 24 mars 2020 (photo d\'illustration).
Dans le quartier d'affaires de la Défense, le 24 mars 2020 (photo d'illustration). (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

 Les dégâts provoqués dans l'économie mondiale par l'épidémie de Covid-19 qui se généralise à tous les continents, engendrent une crise économique qui est aussi régulièrement comparée à celle de 1929.  

L’activité économique est déjà en recul : moins 35% en France

Plus d’un 1 600 000 salariés sont au chômage technique. Aux États-Unis, ce n’est pas une hausse du chômage mais une flambée : plus de 3 300 000 demandeurs d’emplois de plus. Toute l’économie mondiale est en train de basculer dans la récession, à tel point que pour Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances déclare : "Ce que nous vivons n’a pas d’autre comparaison que la grande dépression de 1929."

En réalité, Bruno Le Maire associe deux séquences historiques. D’abord, le jeudi noir, le krach boursier du 24 octobre 1929, déclencheur d’une crise financière qui va se propager aux banques, puis à toute l’économie. Aux États-Unis d’abord, en Europe ensuite. Avec son corollaire de faillites d’entreprises et de millions de chômeurs, provoquant aussi des troubles sociaux et politiques qui vont participer à l’émergence du nazisme. C’est cette période qu’on appelle la Grande Dépression.

La comparaison entre la crise actuelle et celle de 1929, ou même de 2008, trouve vite ses limites

Car en 1929 comme en 2008, le point de départ est une crise financière, alimentée par la spéculation, par des crédits toxiques, des banques trop fragiles. Des crises financières qui ensuite se sont étendues à l’économie réelle. Tout le contraire de ce à quoi nous assistons aujourd’hui. C’est un événement extérieur, une épidémie, qui provoque une crise sans précédent dans l’économie réelle : un arrêt de l’offre (les usines ne tournent plus), mais aussi de la demande (on ne consomme plus quand on est confiné).   

Les références répétées à la crise de 1929 servent surtout de point de repère mental 

Cela permet de tenter d’appréhender une situation totalement inédite, qui provoque une forme de sidération. Or, la Grande Dépression, dans la mémoire collective, c’est l’incarnation de la catastrophe économique. Et si les causes et les mécanismes des crises ne sont pas similaires, les conséquences risquent d’être les mêmes : des faillites d’entreprises, des secteurs sinistrés (les compagnies aériennes devraient perdre plus de 230 milliards), une activité industrielle qui s’effondre.

Avec quel impact ? Tout dépendra de la durée de l’épidémie et du confinement.  Mais aussi du rôle des états pour amortir le choc. Le secrétaire d’état au Trésor américain n’est pas particulièrement optimiste : il envisage déjà un taux de chômage qui pourrait grimper jusqu’à 20% aux États-Unis. Un taux qui n’est aujourd’hui que de 4%.

Dans le quartier d\'affaires de la Défense, le 24 mars 2020 (photo d\'illustration).
Dans le quartier d'affaires de la Défense, le 24 mars 2020 (photo d'illustration). (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)