La pilule anti-Covid de Merck vient d'être autorisée en urgence aux Etats-Unis

Après la pilule de Pfizer, c'est le traitement de Merck qui a été autorisé, jeudi, outre-Atlantique. Il réduit le risque d'hospitalisation et de décès de 30% parmi la population fragile, selon les premières études.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des pilules de Molnupiravir, autorisé en urgence aux Etats-Unis, jeudi 23 décembre 2021. (HANDOUT / MERCK & CO,INC. / AFP)

La pilule contre le Covid-19 du laboratoire Merck, destinée aux adultes à hauts risques, a été autorisée en urgence jeudi 23 décembre par l'Agence américaine du médicament (FDA), au lendemain de l'autorisation d'une pilule similaire développée par Pfizer. "L'autorisation d'aujourd'hui ajoute un nouveau traitement contre le Covid-19, sous la forme d'une pilule qui peut se prendre oralement", a expliqué une responsable de la FDA, Patrizia Cavazzoni, à propos du Molnupiravir.

Le médicalement développé par Merck pourra être pris dans les cinq jours qui suivent l'apparition des symptômes et réduit le risque d'hospitalisation et de décès de 30% parmi la population fragile. Mercredi, la FDA a autorisé le traitement de Pfizer, commercialisé sous le nom de Paxlovid, qui réduit ce même risque de 90%, selon les premières études.

Pour les adultes seulement

Le traitement de Merck, à propos duquel certains experts se montrent prudents, s'administre avec huit doses par jour pendant cinq jours. Il fonctionne en s'introduisant dans le génome du virus pour provoquer des mutations qui limitent sa reproduction. L'Agence américaine du médicament n'a pas autorisé la pilule de Merck pour les moins de 18 ans car elle pourrait toucher le développement osseux et des cartilages. Elle n'est pas non plus recommandée pour les femmes enceintes, en raison de risques potentiels pour le foetus, mais les médecins peuvent passer outre si les avantages l'emportent sur les risques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.